Psychiatrie clinique, biologique et thérapeutique

Alcoolodépendance : les difficultés de l'évaluation scientifique du baclofène

Publié le jeudi 5 juillet 2018

PARIS, 5 juillet 2018 (APMnews) - L'effet modeste du baclofène dans l'alcoolodépendance observé dans les essais cliniques pourrait s'expliquer notamment par des protocoles mal adaptés à son usage en pratique et par la difficulté plus générale d'appliquer à la psychiatrie la médecine fondée sur les preuves, selon plusieurs médecins auditionnés mardi par la commission ad hoc de l'Agence nationale de sécurité sanitaire du médicament et des produits de santé (ANSM).

Accédez à ce contenu en vous identifiant

Entrez vos identifiants

Mot de passe oublié?

Pas encore inscrit ? Créer votre compte

  • Accédez aux ressources du congrès
  • Regardez les vidéos des sessions sélectionnées
  • Consultez la bibliothèque de cas
  • Et encore plus...
Inscrivez-vous !
Dépêche précédente

Santé mentale et psychiatrie : les intentions d'Agnès Buzyn pour prévenir, soigner, accompagner

Dépêche suivante

Alcoolodépendance : la commission ad hoc de l'ANSM favorable au recours au baclofène mais pas à l'AMM

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire

Dernières actualités