Des effets secondaires psychiatriques avec les anti-TNF

vendredi 21 avril 2017

ROUEN, 21 avril 2017 - Les anti-TNF-α peuvent être associés à des effets secondaires psychiatriques graves tels que psychoses et hallucinations, selon une analyse des notifications à la pharmacovigilance en France, présentée cette semaine au congrès de la Société française de pharmacologie et de thérapeutique (SFPT) à Rouen.

Bien que le TNF-α, cytokine pro-inflammatoire, soit présente dans le cerveau, "les potentielles complications psychiatriques des anti-TNF ont été peu étudiées", constatent C. Yelnik du CHU de Lille et ses collègues. Seuls des symptômes de dépression avaient été rapportés.

En étudiant la base de données de pharmacovigilance française, ils se sont intéressés aux notifications de symptômes incluant les troubles maniaques, psychoses, agitations psychomotrices, euphories, hallucinations, distorsions de personnalité et augmentations de la libido.

Parmi un total de 184 effets indésirables psychiatriques, il y avait 71 cas correspondant aux différentes pathologies recherchées. Un anti-TNF était le seul traitement suspecté dans 79% des cas.

Le moment d'apparition des symptômes variait entre quelques heures et quelques mois après le début de traitement.

L'anti-TNF a été arrêté dans 61% des cas et pour les deux tiers de ces patients les symptômes psychiatriques ont disparu.

Dans 3 tentatives sur 4 de ré-introduction du médicament, une récidive de la complication psychiatrique a été observée.

Source : APM International