Psychiatrie clinique, biologique et thérapeutique

Édito du Comité

Mis à jour le mardi 21 juin 2022

dans

Le temps retrouvé

Alors que nous sommes malmenés par les convulsions d’une société hyperconnectée, laminés par une pandémie qui semble en annoncer d’autres, désertés par ceux qui ne croient plus en rien si ce n’est leur pré carré, comment faire société ? Faut-il renoncer ?

C’est bien parce que nous avons la ferme conviction qu’il n’y a pas d’autre choix que l’engagement collectif, que nous devons célébrer ensemble la psychiatrie. Retrouvons-nous à l’Encéphale !

Le centenaire de la disparition de Marcel Proust nous aura peut-être montré le chemin. Nous partagions ce rapport à la mémoire, sur ce chemin pavé de réminiscences, de détours et de résistances à celles-ci. Nous cultivions ce que ce retour vers soi a de profondément singulier, chez tel patient – et son psychiatre. « En neurologie c’est le trouble de la mémoire, en psychiatrie c’est le trouble d’une mémoire », résumait Jean Delay en une formule aussi éblouissante que lapidaire.

Mais au-delà de la mémoire, de cette mémoire, il est question du temps que nous pouvons consacrer aux uns et aux autres, et de ce que ce rapport à l’autre dit de chacun. Il est question du temps retrouvé.

« Chaque lecteur est, quand il lit, le propre lecteur de soi-même. L'ouvrage de l'écrivain n'est qu'une espèce d'instrument optique qu'il offre au lecteur afin de lui permettre de discerner ce que, sans ce livre, il n'eut peut-être pas vu en soi-même. La reconnaissance en soi-même, par le lecteur, de ce que dit le livre, est la preuve de la vérité de celui-ci. » (Proust, Le temps retrouvé). 

Nous ne saurions rivaliser avec la lecture et cette étrange faculté qu’elle a de nous transformer, nous devrions inciter à la cultiver et donner toutes ses lettres de noblesse à la bibliothérapie.

Mais nous pouvons partager ensemble ce goût, l’incarner dans toute sa diversité, nous mobiliser collectivement pour que chacun puisse soigner mieux encore. Du 18 au 20 janvier 2023, nous nous retrouverons, le temps du Congrès de l’Encéphale. Des neurosciences à la réflexion sur les grandes mutations sociétales, du futur des psychotropes à l’avènement de nouvelles formes de psychothérapie, des recommandations internationales aux cas cliniques ordinaires et extraordinaires, ce que nous pourrons célébrer ensemble n’est autre que ce temps retrouvé

Raphaël Gaillard – Philippe Fossati – David Gourion – Marc Masson

Le Comité Scientifique du Congrès

 

Consulter le programme de l'Encéphale 2023

Dernières actualités

Soins sans consentement : une bombe à retardement

Dans cette session de l'Encéphale 2022, nos experts tentent d'analyser l'évolution de la loi sur l'isolement et la contention et sa mise en pratique dans le contexte actuel, avec toute la complexité qui réside dans le maintien d'un équilibre nécessaire entre droit et sécurité.

Soigner par les drogues ?

Dans cette session de l'Encéphale 2022 consacrée aux drogues, Laurent Karila commence par prôner l'utilisation de la thérapie agoniste et de la thérapie assistée par MDMA pour traiter les troubles addictologiques.

Les temps forts du Congrès de l'American Psychiatric Association 2022

Le Congrès annuel de l'American Psychiatric Association a lieu à la Nouvelle-Orléans (Louisiane, États-Unis) du 21 au 25 mai 2022. Les Drs. Anne-Cécile Petit et Maud Rotharmel sont sur place pour couvrir l'événement pour l'Encéphale online...

1+1=3 : Pour une psychiatrie augmentée

Avec le développement des technologies numériques dans le domaine de la santé mentale, de nombreuses questions s’ouvrent à nous. Cette session aborde les avantages et les limites de ces outils connectés.