Psychiatrie clinique, biologique et thérapeutique

Tryptophan depletion and emotional processing in healthy volunteers at high risk for depression

Sélectionné dans Biological Psychiatry par Olivier DOUMY

Mis à jour le lundi 14 mai 2012

dans

Auteurs : Feder A, Skipper J, Blair JR, Buchholz K, Mathew SJ, Schwarz M, Doucette JT, Alonso A, Collins KA, Neumeister A, Charney DS
Référence : Biol Psychiatry. 2011 Apr 15;69(8):718-9.
Date de publication : 15 Avril 2011
Lire le résumé de l'article

Le commentaire de Olivier DOUMY

La dépression majeure compte parmi les affections psychiatriques les plus fréquentes, touchant jusqu’à 15-16% de la population générale. Dans le cadre de la compréhension de ses déterminants physiopathologiques, certains auteurs ont porté leur attention sur les biais éventuels du traitement émotionnel de l’information en recourant à l’utilisation d’une variante émotionnelle de la classique tâche de Go/no-Go. Ce paradigme expérimental consiste en la présentation de mots à contenu émotionnel tantôt positif, tantôt négatif, utilisés comme « cibles » ou « distracteurs » et pour lesquels une réponse Go et no-Go est respectivement demandée. Il a pu être rapporté des biais négatifs du traitement émotionnel de l’information chez les patients déprimés (1) en sachant que ces distorsions du registre émotionnel tendent à s’amender sous prise en charge thérapeutique adaptée (2).

Dans l’article de Feder et al. (2011), la population étudiée est représentée par des sujets dits à haut risque de dépression car possédant une histoire familiale de dépression majeure. Ces sujets sont soumis à une déplétion en tryptophane, connue pour engendrer la réapparition des affects dépressifs chez des patients déprimés en rémission sous traitement antidépresseur. Ces sujets à haut risque de dépression émettent alors davantage de réponses inappropriées (Go) lorsque des mots à connotation émotionnelle négative, utilisés comme « distracteurs », leur sont présentés, alors que la consigne qui leur est confiée est d’émettre à l’inverse une réponse no-Go en pareille situation. Fait important, ces modifications des réponses émotionnelles sont observées en l’absence de tout changement du statut thymique sous déplétion en tryptophane. Ces résultats suggèrent donc l’existence de perturbations profondes du traitement émotionnel de l’information chez les individus non-déprimés mais porteurs d’une vulnérabilité dépressive.

Références
1. Erickson K, Drevets WC, Clark L, Cannon DM, Bain EE, Zarate CA, Jr., et al. (2005): . Am J Psychiatry. 162:2171-2173.
2. Roiser JP, Levy J, Fromm SJ, Nugent AC, Talagala SL, Hasler G, et al. (2009): . Biol Psychiatry. 66:441-450.

 

Article suivant

Sex aequo. Le quiproquo des sexes.

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire

Dernières actualités

Les démences, des maladies psychiatriques ?

Dans cette session de l'Encéphale 2021, Philipe ROBERT et ses invités nous proposent de parcourir...

Virer le virus

Nabil HALLOUCHE et d'autres spécialistes nous exposent leurs connaissances sur l'Hépatite C et so...

Dépression résistante : dossier thématique

Il y sera question de la définition de la dépression résistante et des algorithmes thérapeutiques...

La violence est-elle une maladie mentale ?

Dans cette session des Talks de l’Encéphale, Mathieu Lacambre aborde le thème de la violence sous...