Psychiatrie clinique, biologique et thérapeutique

Le monde de la psychiatrie publique demande à rencontrer Emmanuel Macron

Publié le mercredi 20 mars 2019

PARIS, 19 mars 2019 (APMnews) - Des représentants des professionnels de la psychiatrie publique, des usagers et des familles, demandent un rendez-vous au président de la République, Emmanuel Macron, dans un courrier dont APMnews a eu copie.

Dans ce courrier daté du mardi 12 mars, 20 organisations représentant des psychiatres, psychologues, directeurs, infirmiers, patients et familles réagissent aux récents propos du président de la République, qui, lors d'une réunion publique organisée à Pessac (Gironde) dans le cadre du grand débat national, a promis une "initiative d’ampleur" pour la psychiatrie.

"Vous avez pu rappeler à cette occasion qu’il s’agissait d’un enjeu majeur de santé publique et l’ambition qui était la vôtre de réinvestir cette discipline, trop longtemps parent pauvre dans notre pays, pour lui redonner de nouvelles perspectives dès l’automne 2019", lui rapportent les signataires.

"Nous tenons à vous dire combien nous avons été sensibles à ces propos d’autant que de nombreux chantiers actuellement en cours dans le cadre du comité de pilotage national de la psychiatrie auprès de la ministre des solidarités et de la santé, chantiers auxquels nous participons activement, s’inscrivent dans cette échéance et dans cet esprit", approuvent-ils.

En rappelant aussi les propos d'Emmanuel Macron lors de la présentation de "Ma santé 2022", ils se réjouissent d'un "certain nombre de signaux très positifs" donnés par la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn, "tels que la préservation de moyens dédiés, une enveloppe budgétaire supplémentaire, la création du fonds d'innovation organisationnelle, avec pour incarner cette volonté politique forte la désignation d'un délégué ministériel à la psychiatrie et la santé mentale".

"Aussi, à ce stade", poursuivent les signataires, "nous avons jugé important de solliciter une rencontre avec vous afin de vous faire part directement de nos questionnements, de nos inquiétudes mais aussi de nos espoirs, tant il est vrai que notre domaine d'activités est désormais à la croisée des chemins, dans un moment décisif de son histoire où va se jouer sa crédibilité et son avenir".

Ils préviennent que "les choix et arbitrages qui seront faits en la matière dans les mois qui viennent seront déterminants pour doter enfin notre pays d’un dispositif de prévention et de soins en psychiatrie répondant véritablement aux attentes des patients et de leurs proches".

Les signataires du courrier

  • Sadek Beloucif, président du Syndicat national des médecins, chirurgiens, spécialistes, biologistes et pharmaciens des Hôpitaux Publics (Snam-HP)
  • Marc Betremieux, président du Syndicat des psychiatres des hôpitaux (SPH)
  • Rachel Bocher, présidente de l'Intersyndicale des praticiens hospitaliers de France (INPH)
  • Jacques Borgy, secrétaire général du Syndicat national des psychologues (SNP)
  • Stéphane Bourcet, président de l'Intersyndicale de la défense de la psychiatrie publique (Idepp)
  • Michel David, président de l’Association des secteurs de psychiatrie en milieu pénitentiaire (ASPMP) et de la Fédération française de psychiatrie (FFP)
  • Claude Finkelstein, présidente de la Fédération nationale des associations d’usagers en psychiatrie (Fnapsy)
  • Thierry Godeau, président de la conférence nationale des présidents des commissions médicales d'établissement (CME) de centres hospitaliers (CH)
  • Pascal Mariotti, président de l'Association des établissements du service public de santé mentale (Adesm)
  • Gladys Mondière et Benoit Schneider, coprésidents de la Fédération française des psychologues et de psychologie (FFPP)
  • Marie Rose Moro, présidente du collège national des universitaires de psychiatrie (Cnup)
  • Christian Müller, président de la conférence nationale des présidents de commissions médicales d’établissement (CME) de centres hospitaliers spécialisés (CHS)
  • Renaud Pequignot, président d'Avenir hospitalier
  • Annick Perrin-Niquet, présidente du comité d’études des formations infirmières et des pratiques en psychiatrie (Cefi-Psy)
  • François-René Pruvot, président de la conférence nationale des présidents des CME de CHU
  • Marie-Jeanne Richard, présidente de l'Union nationale de familles et amis de personnes malades et/ou handicapés psychiques (Unafam)
  • Norbert Skurnik, président de la Coordination médicale hospitalière (CMH)
  • Jacques Trévidic, président de la Confédération des praticiens hospitaliers (CPH)
  • Michel Triantafyllou, président du Syndicat des psychiatres d’exercice public (Spep)

Source : APM News

Dépêche précédente

L'intérêt d'une appli pour réduire les alcoolisations massives chez les jeunes reste à démontrer

Dépêche suivante

Les Etats-Unis autorisent un premier traitement de la dépression post partum

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire

Dernières actualités

Psychothérapie du trouble de personnalité borderline

Plusieurs approches de psychothérapie ont été expressément déployées pour traiter le trouble de la personnalité borderline (TPB) : les intervenants de cette session de l'Encéphale 2021 analysent pour nous les différentes méthodes de traitement.

Pour l'amour du risque

Sélectionner les meilleurs posters parmi les plus de 300 reçus n'a pas été chose facile, au regard de leur grande qualité à tous. Pour en juger par vous-même, découvrez-en 15 dans cette session de l'Encéphale 2021, aux thématiques diverses et variées.

L'irresponsabilité en substances

Quelles sont les limites des notions d'abolition et d'altération au sens pénal ? Certains médicaments peuvent-ils être qualifiés de criminogènes ? Quelles sont les attentes du parquet envers l'expert ? Quel équilibre trouver entre les attentes sociales et les évolutions législatives ? Si les expertises pénales jouent un rôle prépondérant pour la suite d'un procès, elles n'en suscitent pas moins bon nombre de questions, comme le montre cette session.

De l'enfant tyran au parent non violent

Nathalie Franc, pédopsychiatre, explique l'intérêt, les mécanismes et les applications du programme de "résistance non violente", une approche thérapeutique et innovante destinée aux parents victimes de leurs enfants au comportement tyrannique.