Psychiatrie clinique, biologique et thérapeutique

Schizophrénie : déstigmatiser facilite les soins

Publié le mercredi 27 mars 2019

Les troubles mentaux ont-ils augmenté dans les sociétés modernes ou sont-ils simplement mieux dépistés comme l’autisme ? Parmi eux, la schizophrénie reste stable, concernant 1 % de la population (ce qui fait tout de même 600 000 personnes).

Raphaël Gaillard milite en faveur de sa déstigmatisation. La Fondation Pierre Deniker qu’il préside participe à la semaine de la schizophrénie pour permettre de mieux l’appréhender.

On évoque souvent à l’occasion de faits divers la dangerosité des personnes souffrant de schizophrénie.

Oui, mais à tort, car cette catégorie de la population est beaucoup plus souvent dans la position de la victime que de l’agresseur. D’où la nécessité de déstigmatiser cette maladie pour que les patients et leurs proches ne soient pas réticents à venir vers les soins.

Au Japon cette pathologie est qualifiée de « trouble de l’intégration » depuis 2002, ce changement de nom ayant donné des résultats spectaculaires.

Lire la suite de l'article

Dépêche précédente

Violences sexuelles sur les femmes autistes : un scandale passé sous silence

Dépêche suivante

Psychiatrie : les chiffres des hospitalisations sans consentement

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire

Dernières actualités

Les grands entretiens avec Emmanuel Carrère

Comment les écrivains rentrent-ils dans la tête des gens ? Comment comprennent-ils leur fonctionn...

L’Histoire ne se répète pas, elle bégaie - Editorial de Raphaël Gaillard

Après un premier semestre marqué par une situation totalement inédite, celle des conséquences de...

Le cercle des poètes " dys-parus "

Cette session de l'Encéphale 2020 a pour objectif de faire le point sur les troubles des apprenti...

L'amour : une maladie mentale comme les autres ?

Cette session de l'Encéphale 2020 a pour objectif de réfléchir aux enjeux cliniques des rapports...