Avec l’IFTIP, découvrez la thérapie interpersonnelle, une nouvelle psychothérapie de la dépression

mercredi 1 juin 2016

En France, l’IFTIP (Institut de Formation en Thérapies InterPersonnelles) cherche à promouvoir les thérapies interpersonnelles. Mais en quoi consiste cette psychothérapie ?

La thérapie interpersonnelle : une psychothérapie de la dépression efficace… et méconnue !

La dépression est l’une des pathologies psychiatriques dont la prévalence est la plus importante, entre 5 % et 12 %. Elle concernerait plus de 3 millions de personnes en France (1,2). Il s’agit aussi d’une cause de mortalité et de handicap extrêmement fréquente (5e cause actuellement et 2e à l’horizon 2020) selon l’OMS. Une telle prévalence justifie de déployer des ressources thérapeutiques ayant prouvé leur efficacité dans cette indication.

Actuellement, les recommandations de l’OMS citent les thérapies interpersonnelles (TIP) parmi les trois seules psychothérapies recommandées dans le traitement de la dépression (3).

Comment fonctionnent les thérapies interpersonnelles ?

Les TIP sont basées sur des modèles cognitifs et attachementistes, sur le modèle bio-psycho-social, ainsi que sur les théories de la communication.

L’idée fondamentale de la TIP est que les hommes sont éminemment grégaires et que face à certaines difficultés, ils ont besoin du soutien de l’autre pour y faire face. C’est un réflexe que chacun a déjà pu expérimenter : en situation de souffrance ou de détresse, notre tendance naturelle consiste à aller vers l’autre afin de solliciter son soutien. Si ce soutien est adapté, le patient sera en mesure de faire face aux difficultés sans effondrement thymique. A l’inverse, la dépression s’installe soit parce que des causes interpersonnelles en sont à l’origine, soit parce que le patient est soumis à un stress et ne parvient pas à faire appel correctement à ses ressources interpersonnelles pour y faire face. En d’autres termes, il se retrouve seul pour faire face à une situation qu’il ne peut pas résoudre seul, d’autant plus qu’il est fragilisé par une charge émotionnelle forte et d’importantes cognitions dysfonctionnelles.

La TIP propose d’aider le patient à se remettre en position proactive afin de rétablir une séquence où il va être capable de signaler son besoin à des ressources interpersonnelles adaptées, qui vont l’aider à faire face aux difficultés à l’origine du fléchissement thymique.

Comment se déroule une TIP ?

Il s’agit d’une thérapie brève, en 12 à 16 séances. Dans le cas classique de la dépression, la TIP propose d’effectuer un diagnostic spécifique, au-delà du diagnostic DSM, afin de caractériser la difficulté interpersonnelle du patient. Il peut s’agir d’un diagnostic TIP de :

  • Transition de rôle (toute modification du statut du patient)
  • Conflit
  • Deuil (réel, non pas symbolique)
  • Isolement

Une fois ce diagnostic effectué, des techniques spécifiques incluant entre autres une analyse des interactions sociales, une analyse de la communication, des assignations de tâches, permettront d’améliorer le fonctionnement interpersonnel du patient dans le but de guérir la dépression. Le parti pris de la TIP est de se centrer résolument sur l’ici et le maintenant : identifier ce qui doit être amélioré dans la relation à l’autre pour rétablir des liens d’attachement secures dans l’ici et le maintenant. La TIP a donc cette originalité de proposer une psychothérapie ciblant les mécanismes attachementistes.

Dans quels cas peut-on utiliser la TIP ?

Les indications historiques, très documentées, sont les troubles de l’humeur : dépression et troubles bipolaires, y compris sur des terrains particuliers comme la dépression du post-partum, chez le sujet âgé et chez l’adolescent.

Mais les applications récentes montrent une très grande efficacité dans les troubles du comportement alimentaire, en particulier binge-eating, anorexie mentale et boulimie, qui semblent devoir être les autres grandes indications des TIP.

En fait, les diagnostics où la TIP est la plus prometteuse sont tous ceux où les troubles de l’attachement jouent une part prépondérante dans la psychopathologie. Ainsi, la TIP montre une efficacité démontrée dans l’anxiété sociale et le trouble de personnalité borderline.

Place de la TIP

La TIP est destinée à être utilisée par les psychiatres, psychologues et psychothérapeutes, mais son format particulier fait que les pays anglo-saxons développent sa pratique en premier recours par les médecins généralistes et les médecins du travail.

Pourtant, en France, les TIP sont encore peu connues et pratiquées, ce qui constitue une perte de chances pour le patient.

Se former à la TIP

En France, l’IFTIP (Institut de Formation en Thérapie InterPersonnelles) assure la formation en Thérapies Interpersonnelles.

L’association propose une formation initiale d’un an, comprenant 10 journées de cours.

L’enseignement a pour but de permettre une utilisation par des cliniciens souhaitant faire bénéficier leurs patients d’une psychothérapie ayant démontré toute son efficacité. Il est donc résolument tourné vers la pratique, dans le cadre de petites sessions de formation. De plus amples informations sur les TIP et la formation, sont disponibles sur le site internet de l’association : www.iftip.fr

La TIP, de par son efficacité démontrée (4) s’appuyant sur l’evidence-based medecine, son format de thérapie brève, la possibilité de l’utiliser précocement dans la prise en charge de l’épisode dépressif majeur, et les développements récents permettant d’anticiper l’élargissement de ses indications, est promise à un développement important dans les prochaines années.

Dr Nicolas NEVEUX

Institut de Formation en Thérapies InterPersonnelles

 

1. Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques, Coldefy M, Nestrigue C. La prise en charge de la dépression dans les établissements de santé. Etudes et Résultats 2013;(860).

2. Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques. L'état de santé de la population en France. Rapport 2011. Suivi des objectifs annexés à la loi de santé publique. Paris: Ministère du travail, de l'emploi et de la santé; 2011. http://www.drees.sante.gouv.fr/IMG/pdf/etat_sante_2011.pdf

3. OMS, La dépression, Aide-mémoire N°369, http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs369/fr/; Avril 2016

4. Barth J, Munder T, Gerger H, et al. Comparative efficacy of seven psychotherapeutic interventions for patients with depression: a network meta-analysis. PLoS Med;10(5):e1001454