Psychiatrie clinique, biologique et thérapeutique

Prescription de benzodiazépines au Centre d’Accueil et de Crise du CHRU de Lille : facteurs influençant l’arrêt à 3 mois

Publié le mardi 15 mars 2022

Auteurs

VAQUETTE M. 1,2GRANON B.2

  1. F2RSM Psy, Saint-André-Lez-Lille, France
  2. CHU de Lille, Lille, France

Résumé

Introduction

Les benzodiazépines font partie des médicaments psychotropes les plus prescrits dans le monde, et bénéficient de recommandations de bon usage largement diffusées. Les études épidémiologiques retrouvent une part non négligeable d'usage dépassant le cadre recommandé (14 à 15% des nouveaux utilisateurs en France entre 2012 et 2015), avec de nombreux effets indésirables bien documentés. Les benzodiazépines sont un enjeu de santé publique, dès le premier contact d’un patient avec la molécule.
Dans cette étude nous nous sommes intéressés à l’introduction de ces traitements dans un contexte d’hospitalisation en service de psychiatrie et avons recherché les facteurs favorisant leur arrêt à 12 semaines.

Méthode 

Nous avons réalisé une étude de cohorte prospective monocentrique, incluant pendant 6 mois des patients hospitalisés au Centre d’Accueil et de Crise de l'hôpital Fontan ayant bénéficié d’une introduction de benzodiazépines, reconduites dans le traitement de sortie. Après 12 semaines nous avons contacté les différents intervenants médicaux afin de faire le point sur l’ordonnance et l’accès aux soins psychiatriques.

Résultats

76 patients ont été inclus dans l’étude (53.9% de femmes et 46.1% d’hommes) pour une moyenne d’âge de 28.1 ans. Nous avons pu récupérer les données nécessaires après 12 semaines pour 56 patients. 35.7% avaient arrêté leur traitement par benzodiazépines à 12 semaines. Parmi les facteurs potentiels d’influence étudiés, l’âge, le genre, le motif d’hospitalisation, la présence d’un conseil de décroissance sur l’ordonnance n’ont pas été associés à un impact significatif sur l’arrêt des prescriptions de benzodiazépines à 12 semaines. Seule la dose prescrite à la sortie d’hospitalisation semble avoir un impact significatif sur l’arrêt des prescriptions à 12 semaines : dose moyenne de 3.1 mg de lorazépam/jour (sd = 2.2 ; p = 0.03) dans le groupe arrêt des benzodiazépines à 12 semaines contre une dose moyenne de 4.8 mg lorazepam/jour (sd = 2.8, p = 0.03) dans le groupe poursuite des benzodiazépines.

 

Conclusion

 Dans notre population hospitalisée en service de psychiatrie, la proportion de patients poursuivant ces traitements à 12 semaines est très importante. L’évaluation de la dose minimale nécessaire et efficace à la phase d'introduction du traitement peut avoir un impact sur la durée globale de traitement.

Consulter le poster

Retour aux meilleurs posters 2022

Dernières actualités

Hypersomnie

L'hypersomnie est fréquemment reléguée au second plan par rapport à l'insomnie, mais elle suscite...

Chemsex

Des experts en addictologie abordent ici un thème qui suscite un intérêt croissant au sein de la...

Thérapie en réalité virtuelle : des effets bien réels ?

Ce symposium fait un point sur les avantages et les limitations des Thérapies de Réduction des Ri...

Être psychiatre sur scène et en coulisse : paroles publiques, postures intimes

Se présenter comme psychiatre laisse rarement indifférent nos interlocuteurs. Atout ou désavantag...