Psychiatrie clinique, biologique et thérapeutique

Monoamines : entre fatigue, performances cognitives et cycles veille-sommeil.

Mis à jour le jeudi 3 décembre 2020

dans

Résumé du Symposium présidé par Me Christelle Peyron lors du Congrès du Sommeil 2020

Il s’agit d’un symposium essentiel qui était passionnant et tout à fait accessible aux cliniciens. Le premier intervenant, Arnaud Rabat, traite de la fatigabilité mentale en lien avec la dette de sommeil et le temps passé à la tâche. La fatigabilité mentale est un processus général qui est le résultat d’une diminution des capacités mentales ou cognitives.
Il existe de multiples causes, où la dette de sommeil et le temps passé à la tâche sont impliqués. Cette communication montre que la dette de sommeil d’une part, et le temps passé à la tâche d’autre part, peuvent impacter dans des proportions différentes la fatigabilité dans une tâche cognitive d’attention, d’inhibition, ou de mémoire de travail.

La seconde communication portait sur la « signalisation dopaminergique dans le système circadien : ajustement du rythme des horloges cérébrales ». Jorge Mendoza rappelle que l’horloge biologique est entraînée de manière centrale dans le cerveau par les noyaux suprachiasmatiques (NSC). Cette régulation et ces rythmes se traduisent sur le plan moléculaire par l’expression sur 24 heures d’un ensemble de gènes principaux de l’horloge. Une mutation de certains de ces gènes chez des souris (per1, bmal1) entraine l’abolition de ces rythmes biologiques et comportementaux. Cela souligne l’importance de ces gènes dans la régulation des rythmes.
De manière intéressante, il a été démontré que les NSC sont en lien direct avec les rythmes circadiens dopaminergiques, et notamment au sein de l’aire tegmentale ventrale et de l’habenula latérale.
De plus, il a été observé que des protocoles d’alimentation chez la souris avec des mutations des gènes Per et Clock, ou encore des protocoles de « jet-lag » par entrainement lumineux, entraînent une altération des rythmes circadiens dopaminergiques. Cette communication illustrait un lien bidirectionnel : le système dopaminergique est contrôlé par l’horloge biologique et il peut entraîner les rythmes circadiens.

La dernière communication par Laurent Seugnet porte sur les interactions neurones-glie et transmission monoaminergiques. Il existe différents types de cellules gliales dans le cerveau dont l’implication a longtemps été suspectée dans le sommeil mais encore peu étudiée. Il était déjà connu que le recyclage et la dégradation des monoamines au cours du sommeil est réalisée par les cellules gliales. Mais de nouvelles données montrent que le rôle des cellules gliales ne se limite pas à cela et que certains neurones monoaminergiques contrôlent et/ou sont contrôlés par l’activation calcique astrogliale.

Il a également été observé que la voie de signalisation neurogliale Notch régule les cycles veille-sommeil et impacte l’apprentissage. De manière intéressante, cette activité Notch est directement modulée par la transmission dopaminergique. Notch facilite la transmission octopaminergique et dopaminergique, mais n’a pas d’effet sur la quantité globale de dopamine dans le cerveau.

Enfin, Laurent Seugnet suggère que Notch pourrait être impliqué dans le métabolisme énergétique, le métabolisme lipidique et/ou des mécanismes de détoxification.

Dr Pierre A. GEOFFROY
MCU-PH, Université de Paris
Responsable adjoint du département de Psychiatrie et d’Addictologie Bichat-BeaujonNeuroscientifique dans l’unité INSERM UMR1141, équipe NeoPhen

Dossier Congrès du Sommeil 2020

Ce contenu vous est proposé avec le soutien institutionnel de Biocodex

Biocodex

Dernières actualités

#PsyJournalClub 4 - Antipsychotiques retard dans la schizophrénie : y penser dès le début de la maladie !

Dans ce thread, Alexandre Haroche présente l’étude PRELAPSE, parue dans JAMA Psychiatry en décembre 2020. N'hésitez pas à poursuivre la conversation sur Twitter !

#PsyJournalClub 3 : Corrélats cérébraux du risque suicidaire dans la schizophrénie débutante

Dans ce thread, Lucie Berko vous invite à échanger autour d'une étude explorant l'activité du cortex préfrontal chez des patients ayant une schizophrénie débutante avec ou sans antécédent de tentative de suicide.

Dossier thématique : Covid et santé mentale, ou l’amour au temps du choléra ?

Olivier Véran, Ministre de la Santé, a mis en garde contre une troisième vague qui serait psychia...

Dossier spécial : troubles du sommeil chez l'enfant avec trouble du spectre de l'autisme (TSA)

Le sommeil est crucial pour la santé et le bien-être des enfants et des adolescents, et dans cett...