Psychiatrie clinique, biologique et thérapeutique

Intervention pour crise suicidaire basée sur la mentalisation

Publié le mardi 3 mars 2020

dans

Auteurs

PRADA P. (1), MAGNIN C. (2,3), DEBBANE M. (4), POULET E. (2,3), BESCH V. (4), DUARTE M. (1), GREINER C. (1)

1 Hôpitaux Universitaires de Genève, Genève, SUISSE
2 Hôpital Edouard Herriot, Lyon, FRANCE
3 Centre de Recherche en Neurosciences de Lyon, CH Le Vinatier, Lyon, FRANCE
4 Université de Genève, Genève, SUISSE

Résumé

Objectifs

Les comportements suicidaires sont fréquents et justifient le plus souvent des consultations en urgence ainsi que l’hospitalisation de leurs auteurs. Ces actes sont majoritairement le fait de patients souffrant d’un trouble de personnalité borderline. Leur répétition entraine des ruptures de suivi et une errance dans le système de soins. Un service d’urgence et de crise se trouve à l’interface de la vie quotidienne, des soins ambulatoires et des soins hospitaliers. C'est un lieu privilégié pour détecter les personnes souffrant d’un trouble de personnalité borderline et les aider à s’engager dans un traitement psychothérapeutique ambulatoire aux bénéfices durables. Mais c’est évidemment aussi le lieu privilégié pour faire face aux ruptures et aux crises qui surviennent tout au long du parcours de ces suivis ambulatoires que l’on sait complexes.

Dès lors que des soins spécifiques et efficaces existent pour ces patients, il est utile qu’ils soient rendus disponibles aux soignants et aux patients dans ces services. Nous nous proposons dans notre intervention d’exposer un modèle d’intervention de crise qui repose sur les principes de la thérapie basée sur la mentalisation, thérapie qui a démontré son efficacité dans une multiplicité de situations cliniques.

Nous évoquerons les principes théoriques et cliniques qui régissent une intervention de crise basée sur la mentalisation. Ce modèle propose une compréhension du passage à l’acte comme conséquence d'une rupture dans le processus mentalisant. Il permet également de modeler l’intervention du clinicien sur deux axes : proposer au patient une rencontre singulière avec un soignant qui essaye de comprendre ses états mentaux (plutôt qu’il ne les connaît à sa place), travailler à une compréhension commune des éléments affectifs de la crise.  Le travail autour du premier axe vise à proposer une validation des affects pour réanimer les capacités de mentalisation et la confiance épistémique. Celui autour du second propose de s’intéresser conjointement aux processus (rupture et réparation de la mentalisation). Cette intervention doit permettre d’aborder la rupture et reprendre (ou entamer) le processus thérapeutique ambulatoire.

Nous montrerons comment articuler ces notions et ces techniques au cours d'une prise en charge hospitalière brève.

Le poster

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Intervention pour crise suicidaire basée sur la mentalisation

 

Voir les meilleurs posters 2020

Dernières actualités

Bipolaire ou borderline : faites la différence !

Ce symposium montre que ces troubles sont parfois co-morbides et que leurs diagnostics requièrent une grande rigueur clinique. Il met aussi en exergue l’importance d’une approche personnalisée lors du choix du traitement psychothérapeutique.

Les expériences exceptionnelles : anomalie ou anormalité ?

Thomas Rabeyron décrit la typologie et les caractéristiques principales des expérience dites paranormales et partage avec nous l’état des recherches contemporaines sur le sujet.

Troubles bipolaires en lisière

Ce symposium de l'Encéphale 2022 aborde la spécificité clinique des troubles bipolaires à début précoce ou tardif, la spécificité psychopathologique des troubles bipolaires délirants et la complexité de la prise en charge des comorbidités addictives.

Soins sans consentement : une bombe à retardement

Dans cette session de l'Encéphale 2022, nos experts tentent d'analyser l'évolution de la loi sur l'isolement et la contention et sa mise en pratique dans le contexte actuel, avec toute la complexité qui réside dans le maintien d'un équilibre nécessaire entre droit et sécurité.