Psychiatrie clinique, biologique et thérapeutique

Pratique de l'ECT en France : Enquête nationale

Publié le mercredi 5 février 2020

Auteurs

SAUVAGET A.1, CABELGUEN C.1, PICHOT A.1, BUKOWSKI N.1, VANELLE J.1, BULTEAU S.1

1 CHU de Nantes - Université de Nantes, Nantes, FRANCE

Résumé

Objectifs

L'électroconvulsivothérapie (ECT) est un traitement de référence pour des troubles psychiatriques sévères tels que les troubles de l'humeur avec des taux d'efficacité encore inégalés pour les dépression sévères ou résistantes et les troubles schizophréniques résistants principalement. Les recommandations officielles de l'ANAES concernant l'ECT ont maintenant plus de 20 ans (1997), et peu d'études ont tenté depuis de décrire ses modalités d'utilisation dans notre pays. La littérature scientifique portant sur l'ECT ne fait que croître et nombre de pays occidentaux ont entrepris ces dernières années de décrire l'évolution de la réalisation des ECT (nombre d'actes, optimisation des paramètres, les indications préférentielles, techniques d'anesthésie etc.).
L'objectif de cette enquête nationale était de réaliser un état des lieux actualisé en France pouvant servir de base à une démarche d'amélioration des pratiques dans le temps et contribuer à la mise à jour des recommandations, à l'instar de l'initiative ECTAS au Royaume-Uni.

Méthode

Un travail de recensement systématique des centres a été préalablement réalisé. Un questionnaire électronique comportant 274 questions a été conçu à partir d'une analyse de la littérature en reprenant l'ensemble des critères pertinents pour la réalisation des ECT et envoyé à tous les centres recensés.

Résultats

115 centres ont été répertoriés, dont 20 CHU. Le taux de réponse a été de 63%, Parmi les centres, 40 % pratiquaient d'autres techniques de neurostimulation, principalement la sitmulation magnétique transcranienne. Plus de 80 % des centres avaient une pratique de plus de 20 ans. 95% des ECT étaient réalisés par un médecin psychitatre. Les anesthésistes travaillent pour 45 % dans l'établissement où sont pratiqués les ECT. 61% des médecins avaient bénéficié d'une formation spécifique, dont 54% auprès du DIU national. Dans 41% des cas, l'activité est organisée sous la forme d'une unité spécifique. 30% des centres pratiquent entre 300 et 600 actes par an. 61 % de centres rapportent une augmntation de leur activité. Les ECT sont surtout tarifés par la dotation globale (au moins 50%).Les principales indications restent les troubles de l'humeur et les psychoses. La moindre disponibilité des anesthésistes est rapportée à 71% comme une limite à la pratique des ECT.

Conclusion

Le taux de réponse et le taux de formation importants montre l'intérêt des cliniciens pour les ECT et de leur souhait de participer à l'amélioraiton de l'état des lieux de cette pratique. L'organisation des soins (logistique, participation des anesthésistes) semble être un frein à la généralisation de ce traitement. L'égalité de l'accès aux soins pour les patients étant une priorité, il apparaît important que les pouvoirs publics s'emparent de cette thématique afin d'en redéfinir les recommandations et de renforcer le développement de nouvelles unités.

Le poster

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Pratique de l'ECT en France

 

Voir les meilleurs posters 2020

Dernières actualités

Que reste-t-il de l'état de mixte ?

L’état mixte a disparu du DSM 5 toutefois nous le retrouvons sous forme des caractéristiques mixt...

Paranoïa

Cette session fait le point sur les troubles paranoïaques en évoquant le tableau clinique, les cr...

Enquête : l'impact de la pandémie COVID-19 et du confinement sur l’état psychique de nos patients

Le CHU de Lille et l’Université de Lille sollicitent votre participation à une étude de recherche...

COVID-19: Recommandations internationales

L'Encéphale Online s'est associé au laboratoire de psychiatrie de précision du professeur Andrea...