Psychiatrie clinique, biologique et thérapeutique

La suicidalité dans un modèle contemporain de psychopathologie

Publié le mardi 4 février 2020

dans

Auteurs

BESCH V.1, DEBBANE M.1, PRADA P.2, DUARTE M.2, POULET E.3,4, MAGNIN C.3,4

1 Université de Genève, Genève, SUISSE;
2 Hôpitaux Universitaires de Genève, Genève, SUISSE;
3 Hôpital Edouard Herriot, Lyon, FRANCE;
4 Centre de Recherche en Neurosciences de Lyon, CH Le Vinatier, Lyon, FRANCE

Résumé

Objectifs

Les recherches permises par la récolte de données longitudinales ont récemment mis en évidence l’existence d’un facteur général de psychopathologie dans la structure des modèles de troubles mentaux. Ainsi, à côté des facteurs associés aux clusters de symptômes externalisés et internalisés déjà identifiés, ce facteur général, communément appelé « facteur P », pourrait avoir un rôle particulièrement significatif dans la persistance et la sévérité de l’expression psychopathologique.

Méthode

Sur la base des données diagnostiques recueillies dans le service d’intervention de crise du centre hospitalier d’une grande agglomération d’Europe occidentale, nous cherchons comment une approche prenant en compte le facteur P peut informer de la problématique clinique de la suicidalité en psychiatrie d’urgence. Pour cela, nous avons réalisées différentes analyses factorielles basées sur les diagnostics catégoriels des 365 personnes passées par les urgences pour idéations ou actes suicidaires. Les résultats des analyses exploratoires supportent l’existence d’une importante comorbidité dans notre échantillon, et suggèrent l’existence de plusieurs variables latentes dont les effets sont de tailles comparables. Ces variables latentes sont proches des facteurs mis en évidence dans les recherches antérieures. Nous avons ensuite testé différents modèles statistiques sur les données de notre échantillon, afin d’explorer si certains peuvent être significatifs donc pertinents dans une démarche d’évaluation du risque suicidaire. De ces analyses il ressort que seul un modèle bi-factoriel, c’est-à-dire fondé sur l’existence du facteur P parallèlement aux facteurs internalisé, externalisé et de désordre de la pensée, est significatif (figures 1 et 2).

Résultats

Ces résultats préliminaires suggèrent que le facteur P est significativement lié aux comorbidités psychiatriques et à la sévérité des symptômes évalués dans le cadre de la consultation d’urgence associée aux idéations et comportements suicidaires. Ils confirment l’intérêt de poursuivre les études abordant l’évaluation des symptômes cliniques dans une approche bi-factorielle intégrant le facteur P. Ils seront discutés dans la perspective de l’utilité clinique du facteur P en psychiatrie d’urgence.

Le poster

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

La suicidalité dans un modèle contemporain de psychopathologie

 

Voir les meilleurs posters 2020

Dernières actualités

Bipolaire ou borderline : faites la différence !

Ce symposium montre que ces troubles sont parfois co-morbides et que leurs diagnostics requièrent une grande rigueur clinique. Il met aussi en exergue l’importance d’une approche personnalisée lors du choix du traitement psychothérapeutique.

Les expériences exceptionnelles : anomalie ou anormalité ?

Thomas Rabeyron décrit la typologie et les caractéristiques principales des expérience dites paranormales et partage avec nous l’état des recherches contemporaines sur le sujet.

Troubles bipolaires en lisière

Ce symposium de l'Encéphale 2022 aborde la spécificité clinique des troubles bipolaires à début précoce ou tardif, la spécificité psychopathologique des troubles bipolaires délirants et la complexité de la prise en charge des comorbidités addictives.

Soins sans consentement : une bombe à retardement

Dans cette session de l'Encéphale 2022, nos experts tentent d'analyser l'évolution de la loi sur l'isolement et la contention et sa mise en pratique dans le contexte actuel, avec toute la complexité qui réside dans le maintien d'un équilibre nécessaire entre droit et sécurité.