Psychiatrie clinique, biologique et thérapeutique

Evaluer la sécurité des interventions thérapeutiques de la dépression

Mis à jour le jeudi 18 février 2021

Auteurs

CHEVANCE A.1, TOMLINSON A.2,3, RAVAUD P.1, TOUBOUL S.4, HENSHALL C.2, TRAN V.1, CIPRIANI A.2

1 Université de Paris, CRESS-Inserm-INRA, Paris, FRANCE
2 University of oxford, Oxford, ROYAUME-UNI
3 warneford hospital, Oxford, ROYAUME-UNI
4 patient, Paris, FRANCE
5 Department of Epidemiology, Columbia University Mailman School of Public Health, New York, ETATS-UNIS

Résumé

Introduction

Les méta-analyses des essais contrôlés randomisés (ECR) ont montré une supériorité de tous les antidépresseurs de première et de deuxième génération contre placebo, mais des effets relatifs plutôt similaires dans la dépression. La comparaison de leur profil de tolérance, est difficile du fait que le recueil des données de sécurité dans les ECR n’est pas standardisé. Pour mieux comparer les profils de tolérance, cette étude vise à définir quels critères de jugement de sécurité doivent être mesuré dans les ECR évaluant les antidépresseurs dans la dépression.

Méthode

Cette étude a comporté trois étapes :

  1. la réalisation de deux enquêtes internationales en ligne auprès de patients ayant signalé un épisode dépressif traité par antidépresseur et de professionnels de santé (HCP). Les participants devaient classer par ordre d’intolérabilité les 30 évènement indésirables (EI) non graves les plus rapportés dans les ECR (données d’une méta-analyse de 2018 de 522 essais)
  2. l'identification d’EI non proposé dans la tache de classement mais considérés comme intolérables par les patients grâce à une analyse qualitative de contenu d’une question ouverte,
  3. un consensus d’expert sur les EI graves qui devraient être systématiquement mesurés dans les ECR de la dépression.

Résultats

Entre mai et octobre 2019, 1631 patients de 44 pays différents ont été inclus dont 289 (37,1 %) déclarant des symptômes dépressifs sévères (PHQ-9 ≥ 20) au moment de l'étude, ainsi que 282 professionnels de santé (HCP) dont 225 (79,8 %) psychiatres. Parmi les trente EI non graves (insomnie, anxiété, fatigue, prise de poids, agitation, dysfonction sexuelle, vertige, céphalées, sédation, nausée, palpitations, sueurs, troubles de la vue, vomissement, douleurs, tremblements, douleurs abdominales, reflux, rêves anormaux, diarrhées, hypotension, constipation, bouche sèche, troubles respiratoires, hypertension, dysfonction érectile, rhinite), les patients ont déclaré que l'insomnie était le plus intolérable. (Les chances d'être signalés comme étant plus intolérable que «la rhinite» : 23,3, intervalle de confiance à 95 % de 19,6 à 27,7), suivies par l'anxiété (19,7, 95 % IC 16,6 à 23,4) et la fatigue (17,5, 95 % IC 14,7 à 20,7). Les HCP ont classé le dysfonctionnement sexuel comme l'événement indésirable le plus nocif (129,7, 63,6 à 264,5), suivi par la prise de poids (86,0, 42,2 à 175,2) et les troubles de l'érection (84,9, 41,7 à 173,0). L'analyse de contenu a permis d'identifier l’émoussement émotionnel, les troubles de la concentration, l’irritabilité et le syndrome de sevrage. Le consensus d’experts a identifié les décès par suicide, les décès (toute autre cause) et la suicidalité (hors suicide) comme étant des EI graves devant être systématiquement mesurés dans les ECR de la dépression.

 

Conclusion

Cette étude constitue une des étapes du développement d’un Core Outcome Set (ensemble de critères de jugement minimal) pour les ECR de la dépression.

 

 

Consulter le poster

 

Voir les meilleurs posters 2021

Dernières actualités

Psychothérapie du trouble de personnalité borderline

Plusieurs approches de psychothérapie ont été expressément déployées pour traiter le trouble de la personnalité borderline (TPB) : les intervenants de cette session de l'Encéphale 2021 analysent pour nous les différentes méthodes de traitement.

Pour l'amour du risque

Sélectionner les meilleurs posters parmi les plus de 300 reçus n'a pas été chose facile, au regard de leur grande qualité à tous. Pour en juger par vous-même, découvrez-en 15 dans cette session de l'Encéphale 2021, aux thématiques diverses et variées.

L'irresponsabilité en substances

Quelles sont les limites des notions d'abolition et d'altération au sens pénal ? Certains médicaments peuvent-ils être qualifiés de criminogènes ? Quelles sont les attentes du parquet envers l'expert ? Quel équilibre trouver entre les attentes sociales et les évolutions législatives ? Si les expertises pénales jouent un rôle prépondérant pour la suite d'un procès, elles n'en suscitent pas moins bon nombre de questions, comme le montre cette session.

De l'enfant tyran au parent non violent

Nathalie Franc, pédopsychiatre, explique l'intérêt, les mécanismes et les applications du programme de "résistance non violente", une approche thérapeutique et innovante destinée aux parents victimes de leurs enfants au comportement tyrannique.