Psychiatrie clinique, biologique et thérapeutique

La notion de méchanceté exprimée par les enfants de 5 à 10 ans

Mis à jour le mercredi 3 mars 2021

dans

Auteurs

GUERINI C.1, UCAR S.1

 1 Université Paris 8, Saint-Denis, FRANCE

Résumé

Les études sur la capacité à la théorie de l’esprit soulignent que, dès l’âge de 6-8 mois, les nourrissons préfèrent un personnage pro-social à un personnage anti-social, selon l’intention (Hamlin, 2013). A 21 mois, les bébés détectent les mérites et les distributions équitables, ce qui va dans le sens d’une distinction entre le bien et le mal assez précoce, (Sloane, Baillargeon & Premack, 2012). Toutefois, peu d’études sur la notion de méchanceté existent dès les débuts du langage. Inspirée de l’étude de G. Wallon (1949) entre 3 et 15 ans, notre recherche a pour objectif de mettre en évidence les productions enfantines sur la méchanceté, selon des tâches de langage ou de dessin.

Pour savoir s’il y a une évolution de ces productions avec l’âge et selon le sexe, nous avons recruté 91 enfants âgés de 5 à 10 ans, dont 44 filles et 47 garçons, répartis selon trois groupes : 5-6 ans, 7-8 ans et 9-10 ans. Trois tâches leur ont été proposées individuellement :

  1. exprimer trois mots en lien avec la méchanceté,
  2. dessiner la méchanceté,
  3. raconter une histoire en lien avec la méchanceté.

Parmi les différentes variables dépendantes, nous avons analysé les violences (physiques ou psychologiques) qui ressortaient selon le support, en fonction des variables indépendantes : l’âge et le sexe. Des analyses statistiques ont été menées par calculs de Khi2, avec le logiciel Jamovi.
La différence selon l’âge apparaît de façon significative dans l’expression des deux types de méchanceté, dans les histoires ; chez les plus jeunes enfants, la méchanceté est physique, ou mentale, alors que les plus âgés articulent ces aspects de la méchanceté. Les enfants mentionnent les deux types de violence quand il s’agit de donner trois mots, mais expriment surtout les violences physiques à travers les dessins et les histoires. Les enfants ont choisi d’exprimer des personnages (méchant, victime et sauveur) dans leurs dessins et leurs histoires. Nous avons analysé le sexe et l’émotion de ces personnages. Les filles représentent surtout des filles, et les garçons représentent surtout des garçons, (pour le méchant et la victime). Pour les émotions, les enfants ont presque tous les mêmes attributions : la colère et la joie au méchant, la tristesse à la victime, et la colère au sauveur.  Le nombre de couleurs utilisées pour la réalisation du dessin et pour dessiner le ou les personnage(s) a été analysé. Dans l’ensemble, les enfants utilisent peu de couleurs pour le méchant, mais les filles préfèrent colorer leur dessin et leur personnage, davantage que les garçons.

Ces résultats font apparaître des directions d’analyse :

  • les émotions attribuées aux différents protagonistes, en particulier la joie attribuée à l’agresseur
  • l’identification sexuée au méchant, à la victime ou au sauveur 
  • la tonalité affective à travers l’utilisation des couleurs dans les dessins
  • la présence de l’expression de la méchanceté psychologique au plus jeune âge, et son évolution développementale.

 

 

Consulter le poster

 

Voir les meilleurs posters 2021

Dernières actualités

Les démences, des maladies psychiatriques ?

Dans cette session de l'Encéphale 2021, Philipe ROBERT et ses invités nous proposent de parcourir...

Virer le virus

Nabil HALLOUCHE et d'autres spécialistes nous exposent leurs connaissances sur l'Hépatite C et so...

Dépression résistante : dossier thématique

Il y sera question de la définition de la dépression résistante et des algorithmes thérapeutiques...

La violence est-elle une maladie mentale ?

Dans cette session des Talks de l’Encéphale, Mathieu Lacambre aborde le thème de la violence sous...