Psychiatrie clinique, biologique et thérapeutique

Impact psychologique de la pandémie Covid-19 chez les médecins du secteur libéral au Maroc

Mis à jour le vendredi 11 mars 2022

Auteurs

LAMGARI G.1, OUAZZANI HOUSNI TOUHAMI Y.1, BOUT A.1, AARAB C.1

  1. centre hospitalier hassan II fés, Fés, Maroc

Résumé

Introduction

La propagation dramatique du nouveau coronavirus SRAS-CoV-2 a provoqué une énorme crise de santé publique qui c'est associée à des conséquences néfastes sur la santé mentale de la population en général et des médecins en particulier. L'objectif de ce travail est d'évaluer l’impact psychologique et d’identifier les effets potentiels de la pandémie Covid-19 sur la santé mentale des médecins du secteur libéral.

Méthode

C'est une enquête transversale à visée descriptive et analytique auprès de 823 médecins généralistes et spécialistes du secteur privé de toutes les régions du Maroc, qui ont répondu à notre questionnaire qui a été diffusé principalement en ligne, d’une manière libre et anonyme. L’étude s’est déroulée sur une période de six mois, de septembre 2020 au mois de Mars 2021. Le recueil de données s’est fait à travers un auto-questionnaire et 3 échelles psychométriques : PCL-5, GAD-7 et PHQ-9. Nous avons réalisé une analyse bivariée à travers les tests de p-valeur Chi2.

Résultats

L’âge moyen de nos médecins était de 35,71 +/- 9,275 ans, d’un minimum de 25 ans et d’un maximum de 75 ans. Nous avons une prédominance féminine avec 523 femmes soit 63,5 % et 300 hommes soit 36.5%. La majorité des médecins étaient mariés 66,7 % ayant un enfant 57,7 %. Aussi, 55,3 % des médecins étaient des médecins spécialistes, exerçant en cabinet 62,3 % en milieu urbain 95 %.
Seulement 7,7 % avaient des antécédents psychiatriques et 18,5 % des médecins avaient un proche atteint d’une affection psychiatrique ; 14,1 % des médecins avaient des antécédents d’une maladie chronique et 45,6 % avaient un proche sous le même toit suivi pour une maladie chronique ; 87,8 % des médecins ne consommaient aucune substance toxique et 97,4 % n’avaient aucun antécédent de suivi pour une addiction avant l’épidémie.
Presque la moitié des médecins ont été impliqués dans la prise en charge de la Covid-19, 34,4 % des médecins ont été confinés par rapport à leurs familles.
La plupart des médecins 69,6 % connaissent une personne atteinte de la Covid-19 contre 13 % des médecins qui ont été atteints par ce virus. 
L’échelle PCL-5 nous a permis d'objectiver un état de stress chez 13 % des médecins.
L’évaluation de l’échelle GAD-7 nous a montré que 437 (53,1 %) médecins n’avaient pas d’anxiété ou avaient une anxiété minime, 260 (31,6 %) avaient une anxiété légère, 87 (10,6 %) avaient une anxiété modérée et 39 (4,7 %) avaient une anxiété sévère.
L’évaluation de l’échelle PHQ 9 nous a montré que 357(43,4 %), 277(33,7 %), 122(14,8%), 48(5,8 %) et 19(2,3 %) médecins étaient respectivement jugés atteints de dépression minime-nulle, légère, modérée, modérément sévère et sévère, respectivement.

Conclusion

L'impact psychologique causé par la pandémie chez les médecins qui est démontré dans les résultats de notre étude, doit nous inciter à prendre des mesures drastiques pour réduire ces troubles psychologiques qui pèsent sur notre personnel médical.

 

Consulter le poster

Retour aux meilleurs posters 2022

Dernières actualités

Diagnostic génétique en psychiatrie

Gaël Nicolas fait un point sur l’avancée des connaissances actuelles en génétique et l'intérêt du...

Schizophrénie : traitement des symptômes négatifs

À travers 4 interventions d'experts, cette conférence fait le point sur les différentes stra...

Légalisation du cannabis : vers une épidémie de psychoses ?

Cette vidéo de session de du Congrès de l'Encéphale 2022 a pour objectif de comprendre les conséq...

Prescription et arrêt des traitements dans l'anxiété

Combien de temps prescrire des benzodiazépines ? Comment les arrêter ? Quelle est la place des ps...