Psychiatrie clinique, biologique et thérapeutique

Que nous disent les dessins d’enfants ivoiriens depuis la Covid-19 ?

Publié le vendredi 11 mars 2022

Auteurs

BISSOUMA A.1, N'ZI-BOA T.1, YAPI L.2, ANOUMATACKY A.3, AHOUNOU I.1, YEO-TENENA Y.1

  1. Institut National de Santé Publique, Abidjan, Côte d’Ivoire
  2. UFR SHS Université F Houphouet-Boigny, Abidjan, Côte d’Ivoire
  3. UFR Biosciences Université F Houphouet-Boigny, Abidjan, Côte d’Ivoire

Résumé

Introduction

En Côte d’Ivoire, les difficultés sociopolitiques et économiques  ont fortement influencé la capacité des familles à gérer les enfants durant la période de confinement liée à la pandémie à Covid-19.
C’est dans ce contexte qu’une étude a été réalisé avec pour objectif de mesurer les effets potentiels de la crise sanitaire sur la dynamique familiale et sur la santé mentale des enfants et adolescents.

Méthode

Cette étude transversale à visée quantitative et qualitative’ a été menée de mai à juillet 2021 dans le Grand Abidjan auprès de plus de 200 familles. La passation du test des trois dessins a été utilisée comme outils d’investigation, la consigne était « Dessine ta famille avant, pendant et après le confinement lié à Covid 19 ».

Résultats

243 enfants ont été inclus dont 61,7 % âgés de 8-10 ans et 38,3% de 13-15ans. 53,1% étaient des filles, 63,4% étaient scolarisés au primaire et 30,5% au secondaire. 4.22% avaient déclaré avoir eu des cas de covid dans leur entourage. 33.76% disaient avoir été malheureux pendant la période de confinement. L’analyse des dessins révélaient que 90,1 % des enfants avaient un bon processus d’adaptation avec une stabilité dans les trois dessins, alors que 9,9 % présentaient une dissociation psychique après la période de confinement. Chez 88,1%, aucun conflit au sein de la dynamique familiale et de l’environnement n’apparaissait dans les dessins. On notait 11,5 % de dessins présentant des conflits notamment chez les adolescents. On observait d’une part une projection élaborée et attendue correspondant à une appropriation de l’évènement par le biais processuel d’un travail cognitif d’assimilation et d’accommodation traduisant un fonctionnement normal et d’autre part une projection moins organisée en lien avec des difficultés d’appropriation et d’élaboration de la nature des évènements.

Ces difficultés pouvaient être le fait d’une charge émotionnelle, un état de « choc », incapable de se distiller dans la représentation pour être liquidée ou d’une immaturité des cognitions limitant le travail d’internalisation de l’évènement. Globalement les dessins montraient une immaturité dans la réalisation du schéma corporel, de difficultés à acter des projections réalistes et conformes aux stades de développement psychoaffectifs et neurodéveloppementaux. La pauvreté graphique et de l’imaginaire ainsi que le manque d’élaboration dans le discours rapporté au moment de la collecte des dessins ont mis en exergue des écueils psychomoteurs, cognitifs, psycho-émotionnels.

Conclusion

Les résultats montrent un faible impact de la Covid-19 sur la psyché des enfants, mais interpellent sur le développement psychologique des enfants en Côte d’Ivoire et sur le lien qui pourrait être établi avec la violence intrafamiliale révélée par le rapport VACS sur les violences faites aux enfants et adolescents en Côte d’Ivoire.

Consulter le poster

Retour aux meilleurs posters 2022

Dernières actualités

Les neurosciences au service de la psychiatrie

Découvrez dans cette session diverses interventions sur les modifications de la substance blanche...

L'érotomanie en quatre chapitres

Découvrez en quatre grands axes l’analyse apportée par Daniel Zagury sur l’érotomanie. Il aborde...

Folie et créativité

Suite à la sortie de son essai intitulé "Un coup de hache dans la tête", Raphaël G...