Psychiatrie clinique, biologique et thérapeutique

Évaluation du potentiel d'abus de pitolisant comparé à la phentermine et au placebo

Mis à jour le lundi 20 mars 2023

dans

Auteurs

BEATRICE SETNIK (2), IRENE COLLIN (1), JEAN CHARLES SCHWARTZ (1)

  1. bioprojet pharma, Paris, FRANCE
  2. University of Toronto-Adjunct Professor - Department of Pharmacology & Toxicology, TORONTO, CANADA

Résumé

Introduction

Etude conduite pour évaluer le potentiel d’abus du pitolisant, premier antagoniste/agoniste inverse du récepteur H3 de l’Histamine autorisé dans le traitement de la narcolepsie avec et sans cataplexie et dans la somnolence associée au syndrome d’apnée obstructive du sommeil. 

Méthodes

Evaluation réalisée selon les guidelines de la FDA pour évaluer le potentiel d’abus de pitolisant chez des usagers de stimulants récréatifs sains non-dépendants. Etude randomisée, double-aveugle, dose unique, placebo et actif contrôlée, simple placebo, 4-sequences, 4-way crossover pour évaluer le potentiel d’abus de pitolisant en dose unique de 36 mg (dose thérapeutique maximale autorisée) et de 216mg (6 fois la dose supra thérapeutique maximale) comparé à la phentermine 60mg et au placebo, chez 43 usagers de stimulants récréatifs sains non-dépendants ayant utilisé > 10 fois une drogue récréative dans l’année passée.Le critère principal était l’effet maximum pour « Drug Liking » (EmaxDL). Les critères secondaires principaux étaient « Overall Drug Liking» (ODL), l’envie de reprendre de la drogue (TDA :Take Drug Again), les effets positifs  ressentis (GDE : Good Drug Effect) et  la tolérance. 

Résultats

Le critère principal EmaxDL est significativement supérieur avec Phentermine versus placebo (p<0.0001), confirmant la validité de l’étude. Les sujets sous pitolisant aux 2 doses présentent un EmaxDL significativement inférieur celui observé avec phentermine. Les EmaxDL du pitolisant (2 doses) sont similaires à ceux du placebo. Les ODL et TDA du pitolisant sont significativement inferieurs à la phentermine (p<0.0001). Ces résultats prouvent que les sujets préférèrent donc la phentermine. Les ODL et TDA sont similaires entre pitolisant et placebo. Le sentiment d’effet positif (GDE) de la prise du traitement est supérieur avec phentermine que pitolisant. Aucun effet indésirable grave ni sévère n’a été relevé durant l’étude. Le nombre de sujets ayant présentés des effets indésirables non sévères a été de 32 avec Phentermine, 29 avec Pitolisant 216mg, 20 avec placebo et 19 avec Pitolisant 36mg.

Conclusion

L’abus ou de mésusage de pitolisant (aux 2 dosages) similaire à celui du placebo et confirme son bon profil de tolérance.

Consulter le poster

Retour aux meilleurs posters 2023

Dernières actualités

Inégalités et apprentissages chez l'enfant

Un grand sujet revisité par les orateurs de cette conférence ! Écoutez-les si vous voulez rafraîc...

Régulateurs de l'humeur, quoi de neuf ?

Un grand sujet revisité par les orateurs de cette conférence ! Écoutez-les si vous voulez rafraîc...

Les syndromes (jamais) oubliés en psychiatrie

Parfois construits dès la fin du 19e siècle, certains des grands syndromes de la psychiatrie ont...

Le futur des psychotropes, un oxymore ?

Suivez cette conférence pour faire le point sur les travaux en cours dans la recherche sur les ps...