Psychiatrie clinique, biologique et thérapeutique

Santé mentale des migrants arrivant en France : enquête rétrospective de 2020

Mis à jour le lundi 20 mars 2023

Auteurs

Alain SEBILLE (2), Fanny THOMAS (1), Dominique JANUEL (1)

  1. EPS Ville-Evrard, Neuilly sur Marne, FRANCE
  2. Office Français de l'Immigration et de l'Intégration, Paris, FRANCE

Résumé

La santé mentale des personnes migrantes est un enjeu de santé publique. Suite à une loi promulguée en 2018, un repérage des troubles psychiques des personnes primo-immigrantes en France a été mis en place lors de la visite médicale menée par l’Office Français de l’Immigration et de l’Intégration (OFII).

Sur la base du volontariat, 2999 personnes primo-immigrantes (hors Union Européenne) arrivant en France de manière légale ont rempli un auto-questionnaire, le Questionnaire de Santé Mentale (QSM), comportant 22 items et reflétant des symptômes associés à diverses catégories diagnostiques telles que la schizophrénie, le trouble dépressif ou encore l’état de stress post-traumatique. Des analyses de régression logistique binomiale ont été réalisées pour étudier la prévalence de potentiels troubles psychiques dans notre échantillon en fonction de l’âge, du genre ou de la nationalité.

Nos résultats révèlent que 35,91 % des personnes migrantes de notre échantillon déclarent avoir eu l’expérience d’un trouble psychique dont 67,50 % de femmes. Parmi elles, 14,67 % rapportaient souffrir de phobies, 14,54 % d’accès de panique, 9,37 % d’épisode maniaque, 8,34 % de troubles du comportement alimentaire (anorexie, boulimie) et 6,37 % d’état de stress post-traumatique. De plus, 4,97 % des personnes déclaraient avoir déjà eu des états dépressifs/idéations suicidaires, 0,83 % avaient déjà tenté de se suicider et 0,77% rapportaient avoir déjà expérimenté des hallucinations auditives ou visuelles. La probabilité d’avoir vécu un trouble psychique grave avec un risque élevé d’hospitalisation (schizophrénie, états dépressifs, idéations suicidaires, accès de violence, délires et épisodes maniaques) était associée à l’âge et à la nationalité. Ainsi, les participants les plus jeunes (18-24 ans) étaient les plus à risque de présenter ce type de troubles.

Notre étude souligne la nécessité de réaliser un repérage des troubles de la santé mentale des personnes primo-immigrantes, même dans le contexte d’une immigration légale. Les troubles dont souffrent les jeunes migrants peuvent résulter des conditions propres à la migration (éloignement familial, acculturation, exil) ou aux modalités de vie dans le pays d’accueil. Le dépistage des troubles psychiques dès l’arrivée en France permet de proposer une prise en charge adaptée aux personnes qui le souhaiteraient.

Consulter le poster

Retour aux meilleurs posters 2023

Dernières actualités

Inégalités et apprentissages chez l'enfant

Un grand sujet revisité par les orateurs de cette conférence ! Écoutez-les si vous voulez rafraîc...

Régulateurs de l'humeur, quoi de neuf ?

Un grand sujet revisité par les orateurs de cette conférence ! Écoutez-les si vous voulez rafraîc...

Les syndromes (jamais) oubliés en psychiatrie

Parfois construits dès la fin du 19e siècle, certains des grands syndromes de la psychiatrie ont...

Le futur des psychotropes, un oxymore ?

Suivez cette conférence pour faire le point sur les travaux en cours dans la recherche sur les ps...