Psychiatrie clinique, biologique et thérapeutique

Troubles du sommeil chez l’enfant avec TSA : Un impact majeur

Mis à jour le jeudi 3 décembre 2020

Des troubles fréquents

Les troubles du sommeil sont extrêmement fréquents chez les enfants présentant un TSA. Selon les critères et les méthodes utilisées, les études estiment que la prévalence des troubles du sommeil dans cette population varie de 44 à 83 %. Les difficultés le plus souvent rapportées par les parents sont les difficultés d’endormissement, les réveils nocturnes avec des difficultés à se rendormir et des réveils matinaux précoces (Patzold et al., 1998 ; Paavonen et al., 2007; Tani et al.,2003 ; Limoges et al., 2005 Allik et al., 2006, Souders 2010). Les études en polysomnographie chez les enfants avec TSA ont montré que toutes les phases du sommeil sont impactées, tout particulièrement le sommeil paradoxal.

Des conséquences majeures sur la santé

L’impact de ces troubles du sommeil est majeur, certains auteurs estimant qu’ils participent pour un tiers des troubles du comportement dans les TSA (Mazurek et al. 2016[A]). Ils sont associés à une sévérité plus importante des troubles du comportement des enfants (Combs et al. 2016, Mazurek et al. 2016[A]), mais aussi des symptômes cardinaux de l’autisme (majoration du trouble de la communication sociale et des comportements stéréotypés et répétitifs), et des troubles comorbides, comme l’anxiété ou l’instabilité de l’humeur (Blackmer et al. 2016, Cohen et al. 2014).

 

Des conséquences majeures sur les apprentissages

Les troubles du sommeil ont été associés à une altération des compétences cognitives de l’enfant : ses capacités d’attention et de compréhension, ou encore sa mémoire verbale (McCann et al. 2016).

 

Des conséquences majeures sur la famille

Les troubles du sommeil sont associés à un niveau élevé de stress parental et familial et à une diminution de la cohésion familiale (Johnson et al. 2018). Pour les parents d’enfants avec TSA, les problèmes de sommeil sont les symptômes les plus souvent cités par les parents pour leur impact négatif sur la qualité de vie et le fonctionnement quotidien, et pour lesquels ils sont demandeurs d’aide (McConachie et al. 2018).

Pr Pauline Chaste
Université de Paris et hôpital Necker

Dossier sommeil et enfant avec TSA

 

Bibliographie

 

Ce contenu vous est proposé avec le soutien institutionnel de Biocodex

Biocodex

Dernières actualités

#PsyJournalClub 4 - Antipsychotiques retard dans la schizophrénie : y penser dès le début de la maladie !

Dans ce thread, Alexandre Haroche présente l’étude PRELAPSE, parue dans JAMA Psychiatry en décembre 2020. N'hésitez pas à poursuivre la conversation sur Twitter !

#PsyJournalClub 3 : Corrélats cérébraux du risque suicidaire dans la schizophrénie débutante

Dans ce thread, Lucie Berko vous invite à échanger autour d'une étude explorant l'activité du cortex préfrontal chez des patients ayant une schizophrénie débutante avec ou sans antécédent de tentative de suicide.

Dossier thématique : Covid et santé mentale, ou l’amour au temps du choléra ?

Olivier Véran, Ministre de la Santé, a mis en garde contre une troisième vague qui serait psychia...

Dossier spécial : troubles du sommeil chez l'enfant avec trouble du spectre de l'autisme (TSA)

Le sommeil est crucial pour la santé et le bien-être des enfants et des adolescents, et dans cett...