Psychiatrie clinique, biologique et thérapeutique

Diagnostiquer les troubles du sommeil chez les enfants TSA

Mis à jour le vendredi 29 octobre 2021

Chez les enfants avec TSA, les troubles du sommeil surviennent souvent chez le nourrisson, avant l’âge de 18 mois. [...] En tous les cas il est indispensable de se pencher sur des troubles du sommeil persistant après l’âge d’un an.

Les troubles du sommeil représentent l’une des plaintes les plus fréquemment rapportées par les familles d’enfant présentant un TSA ; et la prévalence des troubles du sommeil chez ces enfants, dont l’estimation va de 44 à 83 % selon les études, contraste en effet avec celle de la population pédiatrique générale, qui est de 10 %.

Or les conséquences de ces troubles du sommeil chez les enfants avec TSA sont maintenant bien connues et majeures. En effet plusieurs études ont montré, chez les enfants avec TSA, un lien entre les troubles du sommeil et :

  1. la sévérité des symptômes cardinaux et des troubles du comportement (Combs et al. 20161, Mazurek et al. 20162)
  2. l’existence de comorbidités (Blackmer et al. 20163, Cohen et al. 20144),
  3. l’altération des compétences cognitives de l’enfant : ses capacités d’attention et de compréhension, ou encore sa mémoire verbale (McCann et al. 20165),
  4. l’altération de la qualité de vie des parents (Nguyen AKD et al 20186, McConachie et al. 20187)

Il est donc essentiel de questionner les familles au sujet du sommeil de leur enfant s’il a un TSA. 

Chez les enfants avec TSA, les troubles du sommeil surviennent souvent chez le nourrisson, avant l’âge de 18 mois. Lorsqu’ils sont plus tardifs, et apparaissent vers l’âge de 4-5 ans, les troubles du sommeil sont plus souvent associés à un trouble anxieux comorbide.

En tous les cas il est indispensable de se pencher sur des troubles du sommeil persistant après l’âge d’un an.

Les difficultés le plus souvent rapportées par les parents (Patzold et al., 19988 ; Paavonen et al., 20079 ; Tani et al., 200310 ; Limoges et al., 200511; Allik et al., 200612 ; Souders 201013) sont :

  • des difficultés d’endormissement, avec une latence d’endormissement supérieure à 30 mn,
  • une durée totale de sommeil réduite : exemple = moins de 8h pour un enfant de 3 à 5 ans,
  • des réveils nocturnes avec des difficultés à se rendormir, qui mènent à un sommeil fragmenté, et de ce fait moins récupérateur,
  • des réveils matinaux précoces

Toutes ces difficultés correspondent à un diagnostic d’insomnie. La précision des étapes du sommeil qui sont altérées apparait essentielle, afin de préciser la prise en charge. La distinction avec d’autres troubles du sommeil, telles que les parasomnies ou les apnées du sommeil, est très importante également.

Des outils peuvent permettre de préciser les troubles du sommeil, et sont utilisables par les parents, comme par exemple celui disponible ici 

 

Pauline Chaste

 

Références :

  1. Combs D, et al. Insomnia, health-related quality of life and health outcomes in children: A seven-year longitudinal cohort. Sci Rep 2016;6:27921
  2. Mazurek MO, et al. Sleep and Behavioral Problems in Children with Autism Spectrum Disorder. J Autism Dev Disord 2016;46(6):1906-1915
  3. Blackmer AB, et al. Management of sleep disorders in children with neurodevelopmental disorders: A Review. Pharmacotherapy 2016;36(1):84-98
  4. Cohen S, et al. The relationship between sleep and behavior in autism spectrum disorder (ASD): a review. J Neurodev Disord 2014;6(1):44
  5. McCann M, et al. The relationship between sleep and working memory in children with neurological conditions. Child Neuropsychol 2016;24(3):304-321
  6. Nguyen AKD et coll. Prospective Associations Between Infant Sleep at 12 Months and Autism Spectrum Disorder Screening Scores at 24 Months in a Community-Based Birth Cohort. J Clin Psychiatry. 2018 Jan/Feb;79(1):16m11127. https://doi.org/10.4088/JCP.16m11127
  7. McConachie H, et al. Parents suggest which indicators of progress and outcomes should be measured in young children with autism spectrum disorder. J Autism Dev Disord 2018;48(4):1041–1051
  8. Patzold, L. M., A. L. Richdale, et al. (1998). "An investigation into sleep characteristics of children with autism and Asperger's Disorder." J Paediatr Child Health 34(6): 528-33
  9. Paavonen, E. J., K. Vehkalahti, et al. (2008). "Sleep in children with Asperger syndrome." J Autism Dev Disord 38(1): 41-51
  10. Tani, P., N. Lindberg, et al. (2004). "Sleep in young adults with Asperger syndrome." Neuropsychobiology 50(2): 147-52
  11. Limoges, E., L. Mottron, et al. (2005). "Atypical sleep architecture and the autism phenotype." Brain 128(Pt 5): 1049-61
  12. Allik, H., J. O. Larsson, et al. (2006). "Sleep patterns of school-age children with Asperger syndrome or high-functioning autism." J Autism Dev Disord 36(5): 585-95
  13. Souders MC, Mason TB, Valladares O, Bucan M, Levy SE, Mandell DS, Weaver TE, Pinto-Martin J. Sleep behaviors and sleep quality in children with autism spectrum disorders. Sleep. 2009 Dec;32(12):1566-78

 

Tout le dossier "Troubles du sommeil associés au TSA : un enjeu pour l’enfant et pour sa famille"

 

Ce contenu vous est proposé avec le soutien institutionnel de Biocodex

Biocodex

Dernières actualités

Psychothérapie du trouble de personnalité borderline

Plusieurs approches de psychothérapie ont été expressément déployées pour traiter le trouble de la personnalité borderline (TPB) : les intervenants de cette session de l'Encéphale 2021 analysent pour nous les différentes méthodes de traitement.

Pour l'amour du risque

Sélectionner les meilleurs posters parmi les plus de 300 reçus n'a pas été chose facile, au regard de leur grande qualité à tous. Pour en juger par vous-même, découvrez-en 15 dans cette session de l'Encéphale 2021, aux thématiques diverses et variées.

L'irresponsabilité en substances

Quelles sont les limites des notions d'abolition et d'altération au sens pénal ? Certains médicaments peuvent-ils être qualifiés de criminogènes ? Quelles sont les attentes du parquet envers l'expert ? Quel équilibre trouver entre les attentes sociales et les évolutions législatives ? Si les expertises pénales jouent un rôle prépondérant pour la suite d'un procès, elles n'en suscitent pas moins bon nombre de questions, comme le montre cette session.

De l'enfant tyran au parent non violent

Nathalie Franc, pédopsychiatre, explique l'intérêt, les mécanismes et les applications du programme de "résistance non violente", une approche thérapeutique et innovante destinée aux parents victimes de leurs enfants au comportement tyrannique.