Psychiatrie clinique, biologique et thérapeutique

Des femmes enceintes sont encore exposées au valproate (étude ANSM)

Publié le lundi 10 février 2020

SAINT-DENIS (Seine-Saint-Denis), 5 février 2020 (APMnews) - L'exposition des femmes enceintes au valproate ou un de ses dérivés (Dépakine*, Dépakine* Chrono 500, Micropakine* -et génériques-, Depakote*, Depamide*, Sanofi), a fortement diminué ces dernières années mais persiste, met en évidence une étude annoncée par l'Agence nationale de sécurité sanitaire du médicament et des produits de santé (ANSM).

Accédez à ce contenu en vous identifiant

Entrez vos identifiants

Mot de passe oublié?

Pas encore inscrit ? Créer votre compte

  • Accédez aux ressources du congrès
  • Regardez les vidéos des sessions sélectionnées
  • Consultez la bibliothèque de cas
  • Et encore plus...
Inscrivez-vous !
Dépêche précédente

Bénéfice d'une thérapie familiale chez les jeunes à risque élevé de trouble bipolaire

Dépêche suivante

Insomnie chez la femme enceinte: bénéfices démontrés de la thérapie cognitivo-comportementale en ligne

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire

Dernières actualités

Tout bon psychiatre doit entendre des voix

Cette conférence aborde la question de l’intégration de la voix du patient dans l’histoire de la...

L'addictologie dans la quatrième dimension

Cette session du congrès de l'Encéphale 2020 aborde les questions du sommeil et des rythmes biolo...

La psychiatrie à l'écran : le bug de l'an 2000 ?

Christophe Debien et Jean-Victor Blanc animent un débat sur l'influence de la culture pop et du c...

Les grands entretiens avec Emmanuel Carrère

Comment les écrivains rentrent-ils dans la tête des gens ? Comment comprennent-ils leur fonctionn...