Psychiatrie clinique, biologique et thérapeutique

Le souci de l’autre

Mis à jour le lundi 10 octobre 2022

dans

Editorial de Raphaël Gaillard, Président du Comité Scientifique du Congrès de l'Encéphale 2023

Si les psychiatres s’abîmaient eux-mêmes dans le repli sur soi, dans les réflexes identitaires, dans le rejet de l’autre pour lui préférer celui qui nous ressemble, celui qui jamais ne nous contredit, comment sauraient-ils soigner non seulement leurs patients mais les maux de notre société ?

Il nous faut non seulement résister à cet air du temps, il nous faut y opposer le souffle de l’intelligence.

Celle de l’esprit bien sûr, avec sa vocation à la plus grande transparence, à la diffusion la plus large des connaissances, pour éclairer les recoins les plus sombres et célébrer les Lumières autant que faire se peut. C’est ce à quoi nous nous employons avec la revue l’Encéphale, dont l’impact factor est désormais à 2,787, soit une multiplication par 6 en 10 ans et une augmentation très nettement supérieure à l’augmentation de l’impact factor médian en psychiatrie. Et grâce au dynamisme du comité de rédaction, et désormais des jeunes rédacteurs ce comité, l’Encéphale, cette vieille dame créée en 1881, diffusera le plus largement possible la tradition que porte la psychiatrie francophone.

Ce qui va de pair avec l’intelligence, c’est le souci de l’autre. Là où tout conduit à l’enfermement, à l’entre-soi, au satisfecit, aux fausses bonnes idées, au conclave monoïdéique en tout petit groupe sinon secte, il faut penser par et à travers l’autre. Plutôt que sa petite voix intérieure, il faut aller chercher celle de l’autre, il faut avec Derrida penser le monolinguisme de l’autre. La paranoïa, maladie emblématique de la psychiatrie mais aussi maladie de notre époque, a ceci de particulier qu’elle pousse le paradoxe jusqu’à projeter sur l’autre son propre diagnostic de paranoïa, pour mieux s’interdire l’accès à l’autre, et par l’autre, tout en prétendant l’observer.

Il n’existe pas d’autre réponse que celle de l’ouverture, celle de l’intelligence, celle de l’échange, celle que chaque année nous célébrons lors du Congrès de l’Encéphale. Nous nous retrouverons au Palais des Congrès à Paris du 18 au 20 janvier 2023. Cette année encore nous y serons très nombreux, autour de formidables innovations, avec de jeunes psychiatres qui renouvellent notre démarche, et des moins jeunes qui n’ont rien perdu de cet enthousiasme qui a fait d’eux les psychiatres qu’ils sont.

Raphaël Gaillard
Président du Comité Scientifique

S'inscrire au congrès

Dernières actualités

Légalisation du cannabis : vers une épidémie de psychoses ?

Cette vidéo de session de du Congrès de l'Encéphale 2022 a pour objectif de comprendre les conséq...

Prescription et arrêt des traitements dans l'anxiété

Combien de temps prescrire des benzodiazépines ? Comment les arrêter ? Quelle est la place des ps...

Microbiote et psychiatrie : et merde alors !

Dans cette session, sont abordées les interactions cerveau-microbiote intestinal et leurs conséqu...

Enquête : la perception des psychiatres français sur le trouble dissociatif de l’identité

Le Dr Coraline Hingray sollicite votre participation à cette étude qui porte sur le trouble disso...