Psychiatrie clinique, biologique et thérapeutique

Bénéfice de la kétamine dans le stress post-traumatique

Publié le lundi 18 janvier 2021

WASHINGTON, 7 janvier 2021 (APMnews) - Des perfusions répétées de kétamine semblent efficaces pour réduire la sévérité des symptômes chez des patients souffrant de troubles de stress post-traumatique chroniques, selon les résultats d'un petit essai clinique américain publiés dans American Journal of Psychiatry (AJP).

Alors que les troubles du stress post-traumatique sont fréquents, les traitements restent limités. Les approches psychothérapeutiques sont principalement empiriques et les quelques médicaments disponibles ont une efficacité insuffisante, rappellent le Dr Adriana Feder de l'Icahn School of Medicine at Mount Sinai à New York et ses collègues.

La kétamine, un anesthésique ancien, connaît un regain d'intérêt en psychiatrie, notamment dans la dépression.

Après avoir montré l'intérêt d'une seule injection de kétamine sur le stress post-traumatique, les chercheurs ont voulu évaluer l'effet d'administrations répétées.

Pour cela, dans cette étude monocentrique, ils ont inclus 30 patients avec des troubles chroniques du stress post-traumatique, depuis près de 15 ans en moyenne, avec des symptômes plutôt sévères, puis les ont randomisés entre six perfusions de kétamine à 0,5 mg/kg et de midazolam à 0,045 mg/kg sur deux semaines.

A l'issue de l'étude, la sévérité des symptômes de stress post-traumatique sur le score CAPS-5 a diminué dans les deux groupes, avec une différence de 11,88 points en faveur de la kétamine.

La part des patients répondant au traitement, c'est-à-dire avec une amélioration d'au moins 30% des symptômes à deux semaines après la première perfusion, était de 67% pour ceux traités par kétamine, contre seulement 20% avec le midazolam.

En outre, parmi les patients ayant reçu la kétamine, la durée médiane pour la perte de la réponse au traitement était de 27,5 jours. Pour deux patients, la réponse a disparu après 50 et 102 jours.

La kétamine a été globalement bien tolérée. Après la première perfusion, des nausées et vomissements sont survenus chez 33% des patients (vs 20% avec le midazolam), des céphalées chez 33% (vs 20%) et une fatigue chez 20% (vs 7%).

Ce premier essai clinique randomisé évaluant des administrations répétées de kétamine suggèrent que cette approche est globalement sûre et efficace pour réduire la sévérité des symptômes de stress post-traumatique, concluent les chercheurs.

D'autres études sont nécessaires pour évaluer l'effet de sessions d'administration de kétamine intraveineuse ou intranasale comme traitement d'entretien sur plusieurs mois pour réduire le risque de rechute, ainsi que l'association avec d'autres approches, notamment de psychothérapie, ajoutent-ils.

(AJP, édition en ligne du 5 janvier)

Source :

APM news

Dépêche précédente

Pédopsychiatrie : Emmanuel Macron promet des mesures "urgentes" et "structurelles"

Dépêche suivante

Déterminer un profil de patients pour améliorer l'observance thérapeutique en psychiatrie

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire

Dernières actualités

Psychothérapie du trouble de personnalité borderline

Plusieurs approches de psychothérapie ont été expressément déployées pour traiter le trouble de la personnalité borderline (TPB) : les intervenants de cette session de l'Encéphale 2021 analysent pour nous les différentes méthodes de traitement.

Pour l'amour du risque

Sélectionner les meilleurs posters parmi les plus de 300 reçus n'a pas été chose facile, au regard de leur grande qualité à tous. Pour en juger par vous-même, découvrez-en 15 dans cette session de l'Encéphale 2021, aux thématiques diverses et variées.

L'irresponsabilité en substances

Quelles sont les limites des notions d'abolition et d'altération au sens pénal ? Certains médicaments peuvent-ils être qualifiés de criminogènes ? Quelles sont les attentes du parquet envers l'expert ? Quel équilibre trouver entre les attentes sociales et les évolutions législatives ? Si les expertises pénales jouent un rôle prépondérant pour la suite d'un procès, elles n'en suscitent pas moins bon nombre de questions, comme le montre cette session.

De l'enfant tyran au parent non violent

Nathalie Franc, pédopsychiatre, explique l'intérêt, les mécanismes et les applications du programme de "résistance non violente", une approche thérapeutique et innovante destinée aux parents victimes de leurs enfants au comportement tyrannique.