Psychiatrie clinique, biologique et thérapeutique

La rétine, un hublot sur les troubles psychiatriques : la réponse pupillaire post-illumination (PIPR)

Mis à jour le lundi 1 août 2022

Dans cette session de l'Encéphale 2022, Patrice Bourgin nous explique en quoi les fonctions non-visuelles de la lumière permettent d'obtenir des indicateurs rétiniens qui sont aussi le reflet du fonctionnement central et qu'on pourrait utiliser en psychiatrie. Il met alors en exergue le rôle de la mélanopsine, et l'intérêt du marqueur de la réponse mélanopsinergique : la réponse pupillaire post-illumination (PIPR), dont la mesure est effectuée grâce à la pupillométrie.

Accédez à ce contenu en vous identifiant

Entrez vos identifiants

Mot de passe oublié?

Pas encore inscrit ? Créer votre compte

  • Accédez aux ressources du congrès
  • Regardez les vidéos des sessions sélectionnées
  • Consultez la bibliothèque de cas
  • Et encore plus...
Inscrivez-vous !

Dernières actualités

Les neurosciences au service de la psychiatrie

Découvrez dans cette session diverses interventions sur les modifications de la substance blanche...

L'érotomanie en quatre chapitres

Découvrez en quatre grands axes l’analyse apportée par Daniel Zagury sur l’érotomanie. Il aborde...

Folie et créativité

Suite à la sortie de son essai intitulé "Un coup de hache dans la tête", Raphaël G...