Psychiatrie clinique, biologique et thérapeutique

Addictions : un consommateur sur trois a augmenté ses usages depuis le début de la crise sanitaire

Publié le jeudi 22 avril 2021

PARIS, 8 avril 2021 (APMnews) - Plus d’un consommateur sur trois a nettement augmenté sa consommation de tabac, de cannabis, et/ou de médicaments psychotropes depuis le début de l’épidémie, selon les résultats d'une enquête diffusés ce jeudi par l'association Addictions France.

De précédentes études avaient déjà établi un lien entre consommation de substances psycho-actives, isolement et stress chez les télétravailleurs au cours de la première année de la crise sanitaire.

Depuis le 3 avril, la France a démarré son troisième confinement, alors que le conseil scientifique sur le Covid-19 a constaté une dégradation de la santé mentale des Français et a appelé à faire des campagnes d'informations sur l'impact de la crise sur le risque suicidaire, les conduites addictives et les symptômes anxiodépressifs.

Les résultats d'une étude BVA, réalisée pour l'association Addictions France (ex-Anpaa), du 15 au 24 février 2021 auprès de 2 001 personnes, montrent que les restrictions sanitaires ont aussi eu un impact sur les conduites addictives.

Ainsi, 35% des fumeurs ont augmenté leur consommation de tabac, 33% des consommateurs de cannabis, d'anxiolytiques ou encore de somnifères ont aussi déclaré consommer plus.

La prise d'antidépresseurs est aussi en hausse pour 26% des sondés déjà consommateurs.

Près d'un sondé sur cinq a aussi déclaré consommer plus d'alcool.

Toutefois, l'étude relève des inégalités entre consommateurs. Les personnes dans une situation financière très difficile, celles déjà suivies pour une addiction, les polyconsommateurs (alcool et tabac ou cannabis), les personnes ayant connu un arrêt de leur activité professionnelle lors de l’année écoulée et les étudiants ont déclaré des consommations plus fréquentes et excessives.

Parmi cette population à risque, 53% des gros fumeurs (plus de 10 cigarettes par jour) ont augmenté leur nombre de cigarettes. Trois étudiants sur quatre ont passé plus de temps devant un écran, en dehors de leurs études. Près de 45% des polyconsommateurs ont consommé plus d’alcool.

Par ailleurs, 1 Français sur 10 (8%) a commencé à prendre des médicaments psychotropes au cours de l’année écoulée.

En parallèle avec cette hausse des addictions, l'enquête montre que le moral était aussi en berne à cause des restrictions pour plus de la moitié des sondés (56%).

"Notre étude montre que les conduites addictives augmentent depuis le début de l’épidémie, notamment chez les plus précaires et les plus vulnérables", commente Bernard Basset, président d’Addictions France, dans un communiqué. "L’effondrement du moral des Français, notamment des plus fragiles, est la toile de fond de cette augmentation des conduites addictives", note Addictions France dans le même communiqué.

Parmi les causes possibles, "l’ennui, l’anxiété, la solitude mais aussi la recherche de plaisir sont des raisons globalement similaires pour expliquer l’augmentation des consommations", poursuit-elle.

Dans le détail, "les motifs ayant poussé à augmenter sa consommation (…) expriment avant tout la nécessité de compenser une frustration ou un manque", souligne l'association.

Un autre volet de l'enquête s'attarde sur les prises en charge. Près de 80% des consommateurs ont estimé avoir davantage besoin d’accompagnement pour leur problème d’addiction qu’il y a 1 an. Pourtant, 39% ont renoncé à sauter le pas, soit parce qu’ils ont eu des difficultés à obtenir un rendez-vous, soit parce qu’ils ne savaient pas vers quelles structures se tourner.

L'association a adapté son accompagnement en créant "par exemple des systèmes de drive pour distribuer du matériel de réduction des risques, des coopérations avec des centres d’hébergement d’urgence ou encore le développement de téléconsultations pour assurer une continuité dans les parcours de soin." Toutefois, certaines personnes "restent encore éloignées de nos dispositifs", ajoute-t-il.

Source:

APM news

Dépêche précédente

Stratégie autisme/TND : des attentes encore fortes de l'Unapei et de Vaincre l'autisme, notamment pour les adultes

Dépêche suivante

Nouvelle étude sur l'hallucinogène psilocybine dans la dépression

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire

Dernières actualités

Les équipes mobiles : avenir ou avatar de la psychiatrie ?

S'appuyant sur la polysémie du mot "avatar", constatez comment le terme peut s'appliquer aux équipes mobiles de la psychiatrie, avant de découvrir les spécificités, le périmètre, les innovations et l'efficacité de celles-ci.

Dissociation

Appréciez l'intervention du psychiatre et psychanalyste grec Vassilis Kapsambelis qui aborde le concept de dissociation en dissociant, précisément, ce qu'il appelle ses trois vies : la dissociation de Janet, la dissociation de Freud, et la dissociation de Bleuter.

L'autisme hors les murs

Le programme et les projets MACA, les équipes mobiles autour de l'autisme, telle que l'ESTRAAD, la téléconsultation ou encore l'intelligence artificielle semblent être des innovations prometteuses.

Le psychiatre dans le box de l'accusé

La responsabilité professionnelle des psychiatres se décline en trois champs, dont nos experts vont tenter de décrypter les nuances : responsabilité pénale, risque civil et justice ordinale.