Psychiatrie clinique, biologique et thérapeutique

Stratégie autisme/TND : des attentes encore fortes de l'Unapei et de Vaincre l'autisme, notamment pour les adultes

Publié le mercredi 14 avril 2021

PARIS, 6 avril 2021 (APMnews) - L'Union nationale des associations de parents, de personnes handicapées mentales et de leurs amis (Unapei) et l'association Vaincre l'autisme ont déploré en fin de semaine dernière les besoins encore non couverts pour la prise en charge des personnes souffrant de troubles du spectre autistique (TSA), en particulier pour les adultes, trois ans après le lancement de la stratégie nationale pour l'autisme au sein des troubles du neuro-développement (TND).

Alors que le gouvernement a présenté au cours des dernières semaines le bilan à 3 ans de ces mesures, l'Unapei regrette "l'absence d'actions opérationnelles pour combler" les manques de cette stratégie qui a oublié "des jeunes autistes [qui] restent privés de leur vie d'adulte".

Ces jeunes adultes n'ont pas de solution d'accompagnement pérenne et sont "maintenus en IME [institut médico-éducatif] sous amendement Creton, en hôpital psychiatrique, isolés chez leurs parents ou encore exilés en Belgique", déplore-t-elle. S'ils peuvent "parfois bénéficier d'équipes mobiles ou de solutions d'accueil temporaire, ces solutions 'pansements' ne leur permettent pas de construire leur vie d'adulte".

De nombreux foyers d'accueil médicalisés (FAM) et maisons d'accueil médicalisées (MAS) existants sont "insuffisamment financés pour permettre un accompagnement de qualité, en concordance avec les recommandations de bonnes pratiques professionnelles produites par la Haute autorité de santé [HAS] pour les adultes TSA", dénonce-t-elle.

L'Unapei demande "l'instauration d'un panel de solutions pour qu'ils puissent bénéficier 24 heures sur 24 [et 365 jours par an] d'un accompagnement adapté avec des professionnels qualifiés et à leur écoute" afin de se trouver un "chez soi".

Même si elle est consciente du coût élevé (au moins 100.000 € par personne et par an), elle revendique une nouvelle fois "la possibilité pour chaque jeune adulte de pouvoir quitter le domicile familial, comme tout citoyen". "Ces adultes sont 'en attente' un peu partout en France" et "pour eux, l'horizon reste obstrué", regrette-t-elle.

Elle salue par ailleurs plusieurs avancées notamment la volonté de généraliser le repérage des TND et d'organiser l'intervention précoce, ainsi que la parution prochaine d'un cahier des charges permettant aux agences régionales de santé (ARS) de déployer quelques unités résidentielles pour 300 adultes en situation extrêmement complexe.

Pour Vaincre l'autisme, la situation des adultes autistes "fait honte à notre pays qui ne considère pas la nécessité de mettre en place une politique de santé publique d’envergure". Elle critique le soutien du gouvernement aux "projets de quelques privilégiés [...] pour satisfaire certains intérêts politiques et médiatiques, laissant pour compte les véritables solutions efficaces et efficientes plébiscitées par les familles".

"La France accumule un retard considérable, creusé par ses gouvernements successifs qui n’ont jamais mis en place de mesures coercitives pour faire appliquer les recommandations de la HAS, nécessaires pour pallier la résistance des professionnels à l’amélioration de leurs pratiques au sein des CMP [centres médico-psychologiques], CMPP [centres médico-psychopédagogiques], Camsp [centres d'action médico-sociale précoce], ARS, opérateurs…", dénonce-t-elle.

Pour elle, le repérage de près de 7 000 enfants souffrant de TSA ou de TND par les plateformes de coordination et d'orientation précoce (PCO) en 3 ans reste encore très loin des besoins.

Tout en déplorant à nouveau que la prévalence des TSA soit noyée dans l'ensemble des TND dans la communication du gouvernement (1% et 31%), tout comme le budget qui leur est dévolu, l'association évoque le chiffre de "7 500 bébés [qui] naissent autistes chaque année" en France, chiffre qu'elle juge sous-estimé et qui, selon elle, pourrait approcher en réalité "16 000".

Vaincre l'autisme demande une étude épidémiologique pour connaître le nombre réel de personnes autistes, une "politique de santé publique pour l’autisme (TSA) avec une prise en charge adaptée", la "scolarisation effective pour tous les enfants autistes en milieu ordinaire" et une "législation pour la reconnaissance de l’autisme et de ses besoins spécifiques garantissant le respect des droits communs des personnes autistes".

Source:

APM news

Dépêche précédente

Un temps important passé devant des médias électroniques associé à des troubles psychosociaux chez l'enfant d'âge préscolaire

Dépêche suivante

Addictions : un consommateur sur trois a augmenté ses usages depuis le début de la crise sanitaire

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire

Dernières actualités

Actualités phénoménologiques de l'expérience schizophrénique

Dans cette vidéo, retrouvez le Pr J-A Micoulaud-Franchi ainsi que plusieurs conférenciers qui exp...

Congrès de l'Encéphale 2022 : appel à communications

Vous avez jusqu'au 11 octobre 2021 pour soumettre votre résumé et présenter votre travail lo...

Les talks de l'Encéphale : Le cinéma intérieur

Dans cette session, le Pr L. Naccache nous propose une fascinante mise en abyme de cette édi...

Les femmes, des criminelles comme les hommes ?

Après avoir dressé un état des lieux de la condition criminelle féminine le Dr L. Layet et les in...