Psychiatrie clinique, biologique et thérapeutique

Un temps important passé devant des médias électroniques associé à des troubles psychosociaux chez l'enfant d'âge préscolaire

Mis à jour le mercredi 14 avril 2021

LONDRES, 1er avril 2021 (APMnews) - Le risque de développer des troubles psychosociaux, tels que les troubles de l'attention, l'hyperactivité ou l'impulsivité, augmente avec le temps passé devant des médias électroniques chez l'enfant d'âge préscolaire, selon une étude finlandaise.

Les médias électroniques (ordinateur, tablette, smartphone, jeux vidéo…) ont envahi notre quotidien et même les jeunes enfants y sont exposés, avec par exemple un triplement de ceux qui jouent avec un téléphone portable entre 2013 et 2017, indiquent Janette Niiranen de l'Institut finlandais pour la santé et le bien-être à Helsinki et ses collègues dans BMJ Open.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS), notamment, recommande que les enfants de 2 à 4 ans soient exposés à un temps total d'écran d'une heure par jour au maximum, mais cette durée maximale semble souvent dépassée. Or, des études suggèrent qu'une très forte consommation de ces écrans par le jeune enfant pourrait avoir un impact sur son développement socio-émotionnel, notamment en remplaçant les interactions avec les adultes, mais aussi sur le développement du langage, et que ces effets seraient d'autant plus délétères que l'exposition aux écrans débute tôt.

Pour mieux évaluer l'association entre l'intensité d'usage et le bien-être psychosocial chez l'enfant, les chercheurs ont mené une étude dans le cadre d'une cohorte de naissance longitudinale à laquelle 1 679 familles ont initialement accepté de participer.

L'analyse a porté sur 699 enfants (47,6% de filles et 52,4% de garçons) dont l'usage des médias électroniques a été renseigné à 18 mois puis à 5 ans, ainsi que leurs éventuels symptômes psychosociaux sur les questionnaires FTF et SDQ (troubles de l'attention, difficultés à se concentrer, hyperactivité, impulsivité, intériorisation des émotions, troubles du comportement, troubles relationnels avec les autres enfants…).

A 18 mois, les enfants passaient 32,4 minutes par jour en moyenne sur des écrans de médias électroniques (que ce soit pour visionner une vidéo, jouer à un jeu ou utiliser internet), avec 22,7% les utilisant plus de 60 min chaque jour. A 5 ans, la durée moyenne était de 114,1 min/j et ils étaient 94,6% à y passer plus d'une heure et 40,2% plus de deux heures.

L'analyse des données montre qu'à 18 mois, un usage accru des médias électroniques est associé de manière significative sur le plan statistique uniquement à un risque relationnel avec des enfants du même âge, avec un risque relatif rapproché (OR) de 1,6 par rapport à des enfants non exposés.

Mais à 5 ans, un temps d'exposition accru aux écrans était associé de manière significative à plusieurs problèmes: des difficultés d'attention et de concentration (OR de 1,9), une hyperactivité et une impulsivité (OR de 1,6), des troubles de l'humeur (OR de 1,75), des comportements agressifs (OR de 1,7) sur l'échelle FTF ainsi qu'une hyperactivité (OR de 2,2) et des troubles du comportement (OR de 1,5) sur l'échelle SDQ.

Toutefois, il semble que l'usage des jeux vidéo à 5 ans était associé, en comparaison du visionnage de vidéos, à un risque moins élevé de diminution du bien-être psycho-social, et associé uniquement à un risque d'hyperactivité.

Cette étude longitudinale confirme que l'augmentation du temps passé devant les médias électroniques chez l'enfant d'âge préscolaire est associée à différents risques pouvant affecter son bien-être psychosocial et souligne l'importance des parents d'avoir un rôle régulateur dans l'usage de ces outils, concluent les chercheurs.

Source:

APM news

Dépêche précédente

Bénéfice de la réduction des dommages associée à la naltrexone sur l'alcoolisme des SDF

Dépêche suivante

Stratégie autisme/TND : des attentes encore fortes de l'Unapei et de Vaincre l'autisme, notamment pour les adultes

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire

Dernières actualités

Psychothérapie du trouble de personnalité borderline

Plusieurs approches de psychothérapie ont été expressément déployées pour traiter le trouble de la personnalité borderline (TPB) : les intervenants de cette session de l'Encéphale 2021 analysent pour nous les différentes méthodes de traitement.

Pour l'amour du risque

Sélectionner les meilleurs posters parmi les plus de 300 reçus n'a pas été chose facile, au regard de leur grande qualité à tous. Pour en juger par vous-même, découvrez-en 15 dans cette session de l'Encéphale 2021, aux thématiques diverses et variées.

L'irresponsabilité en substances

Quelles sont les limites des notions d'abolition et d'altération au sens pénal ? Certains médicaments peuvent-ils être qualifiés de criminogènes ? Quelles sont les attentes du parquet envers l'expert ? Quel équilibre trouver entre les attentes sociales et les évolutions législatives ? Si les expertises pénales jouent un rôle prépondérant pour la suite d'un procès, elles n'en suscitent pas moins bon nombre de questions, comme le montre cette session.

De l'enfant tyran au parent non violent

Nathalie Franc, pédopsychiatre, explique l'intérêt, les mécanismes et les applications du programme de "résistance non violente", une approche thérapeutique et innovante destinée aux parents victimes de leurs enfants au comportement tyrannique.