Psychiatrie clinique, biologique et thérapeutique

Bénéfice de la réduction des dommages associée à la naltrexone sur l'alcoolisme des SDF

Publié le mercredi 14 avril 2021

dans

WASHINGTON, 31 mars 2021 (APMnews) - Une intervention visant à réduire les dommages associée à un traitement par naltrexone a eu des effets positifs chez des sans-domicile fixe (SDF) présentant des troubles de l'usage de l'alcool, dans un essai clinique randomisé américain publié par The Lancet Psychiatry.

Les troubles de l'usage l'alcool sont beaucoup plus fréquents parmi les SDF qu'en population générale, avec également une mortalité liée à l'alcool plus élevée. Encore plus pour ces patients, un objectif d'abstinence paraît irréalisable et il est préférable de leur proposer des interventions visant à réduire les dommages et améliorer la qualité de vie, rappellent le Pr Susan Collins de l'University of Washington School of Medicine à Seattle et ses collègues.

Dans une étude financée par le National Institute on Alcohol Abuse and Alcoholism (NIAAA, dépendant des NIH américains), ils ont testé une approche comportementale de réduction des risques associée à la naltrexone, antagoniste opiacé utilisé dans le traitement de l'alcoolodépendance.

Ils ont inclus 308 personnes de 21 à 65 ans, SDF, avec des troubles de l'usage de l'alcool, puis les ont randomisées entre la réduction des dommages + la naltrexone à libération prolongée (3 injections intramusculaires mensuelles), la réduction des dommages + un placebo (3 injections mensuelles), la réduction des dommages seule et les services de soutien habituels.

L'intervention de réduction des dommages consistait en 5 séances (semaines 0,1, 4,8 et 12) menées par une infirmière ou un étudiant en médecine où il commentait les résultats d'examens physiques ou de tests de laboratoire avec les patients, leur expliquant l'impact de l'alcool sur leur organisme, discutait avec eux des effets recherchés avec la consommation d'alcool, des façons de boire "moins dangereuses" et des objectifs de qualité de vie en lien avec la santé.

Les patients ont été suivis jusqu'à 9 mois et devaient renseigner des questionnaires sur la quantité d'alcool consommée, la fréquence, les dommages liés à l'alcool et la qualité de vie physique et mentale.

L'analyse des données montre qu'à l'issue du traitement, par rapport aux services de soutien usuels, l'approche combinant réduction des dommages et naltrexone est associée à une réduction statistiquement significative par rapport aux niveaux déclarés à l'inclusion de la consommation maximale d'alcool bu (-0,48 point), de la fréquence des consommations (-4,42 points) et des dommages liés à l'alcool (-2,22 points) ainsi qu'une amélioration de la qualité de vie liée à la santé physique (+0,66 point).

La réduction des dommages associée à un placebo était associée à une diminution de la quantité maximale d'alcool bu (-0,41) et de la fréquence de consommation (-5,95) et une amélioration de la qualité de vie liée à la santé physique (+0,53).

Avec la réduction des dommages seule, ce sont les dommages liés à l'alcool (-1,58) et la qualité de vie liée à la santé physique (+0,63) qui étaient améliorés uniquement.

Trois mois après l'arrêt du traitement, les critères significativement améliorés dans les groupes actifs se maintenaient, tandis qu'une amélioration était observée pour les patients ayant suivi les conseils de soutien usuels. Chez ces derniers, les dommages liés à l'alcool étaient finalement davantage réduits entre trois mois et neuf mois de suivi post-traitement, avec également une meilleure qualité de vie liée à la santé mentale et physique.

Les auteurs notent par ailleurs que la comparaison du groupe réduction des dommages + naltrexone et celui réduction des dommages + placebo ne met pas en évidence de différence significative, suggérant que les bénéfices observés ne peuvent pas être attribués à la naltrexone seule.

D'autres études à plus grande échelle doivent aussi évaluer le rapport coût/efficacité de cette approche, ajoutent-ils.

(The Lancet Psychiatry, vol. 8, n°4, p287-300)

Source:

APM news

Dépêche précédente

Autisme et TND : près de 7 000 enfants repérés par les plateformes de coordination et d'orientation précoce

Dépêche suivante

Un temps important passé devant des médias électroniques associé à des troubles psychosociaux chez l'enfant d'âge préscolaire

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire

Dernières actualités

Actualités phénoménologiques de l'expérience schizophrénique

Dans cette vidéo, retrouvez le Pr J-A Micoulaud-Franchi ainsi que plusieurs conférenciers qui exp...

Congrès de l'Encéphale 2022 : appel à communications

Vous avez jusqu'au 11 octobre 2021 pour soumettre votre résumé et présenter votre travail lo...

Les talks de l'Encéphale : Le cinéma intérieur

Dans cette session, le Pr L. Naccache nous propose une fascinante mise en abyme de cette édi...

Les femmes, des criminelles comme les hommes ?

Après avoir dressé un état des lieux de la condition criminelle féminine le Dr L. Layet et les in...