Psychiatrie clinique, biologique et thérapeutique

Bénéfice d'une séance en ligne de thérapie cognitivo-comportementale dans la dépression post-partum

Publié le mercredi 15 septembre 2021

WASHINGTON, 13 septembre 2021 (APMnews) - L'ajout d'ateliers en ligne reposant sur la thérapie cognitivo-comportementale à la prise en charge usuelle a permis d'apporter un soulagement supplémentaire à des mères présentant une dépression post-partum, selon une étude canadienne publiée dans JAMA Psychiatry.

"La dépression post-partum touche habituellement une mère sur 5, mais depuis la pandémie de Covid-19, elles sont plus nombreuses, les symptômes se sont aggravés et les difficultés d'accès aux soins se sont accentuées", rappellent le Dr Ryan Van Lieshout, de l'université McMaster à Hamilton (Canada) et ses collègues.

Des interventions brèves, reposant sur la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) et proposées sous forme d'ateliers sur une seule journée, ont démontré leur efficacité dans le traitement de la dépression en population générale, avec un bénéfice jusqu'à deux ans.

Dans cette étude multicentrique, les chercheurs ont voulu évaluer une telle approche, mais à distance, auprès de femmes souffrant de dépression post-partum.

Ils ont inclus 403 femmes vivant en Ontario au cours de la première vague pandémique, âgées de 31,8 ans en moyenne, le plus souvent en couple, mères d'un enfant de 5,3 mois en moyenne et souffrant d'une dépression avec un score EPDS de 16,5 points sur l'échelle d'Edinburgh.

Elles étaient 41 % à avoir reçu déjà des conseils pour leur dépression et 22 % étaient sous antidépresseurs.

Elles ont été randomisées entre une journée d'ateliers à distance, reposant sur la TCC, avec un psychothérapeute, un psychiatre ou un étudiant en psychologie clinique en plus de leur prise en charge habituelle, et leur prise en charge habituelle en attendant de pouvoir suivre cette même journée d'ateliers dans un délai de 3 mois.

Les patientes ont été évaluées à 3 mois et le score EPDS a diminué dans les deux groupes, de 4,82 points pour les femmes ayant suivi la journée d'ateliers et de 1,88 point dans le groupe contrôle, soit une différence statistiquement significative.

Selon l'analyse des données, l'ajout de cette journée d'ateliers en plus de la prise en charge habituelle était associé à des chances d'avoir une baisse du score EPDS cliniquement significative (OR) de 4,15.

De manière similaire, les mères ayant suivi la journée d'ateliers présentaient à 3 mois une anxiété réduite, avec une baisse de 4,44 points sur l'échelle GAD-7, alors que le score a baissé de seulement 1,59 point dans le groupe contrôle.

Là encore, l'atelier d'une seule journée était associé à une probabilité significative de diminution clinique de l'anxiété ; avec un OR de 3,1.

Les mères ont également rapporté une amélioration des liens qu'elles nouent avec leur enfant, de l'affection qu'elles leur portent, ainsi qu'une réduction de l'anxiété centrée sur lui.

"Ces résultats suggèrent qu'il semble possible de traiter un grand nombre de femmes souffrant d'une dépression post-partum à l'aide de cette approche simple et facile d'accès", concluent les chercheurs.

(JAMA Psychiatry, édition en ligne du 8 septembre)

 

Source : 

APM news

Dépêche précédente

Les antipsychotiques favorisant une hyperprolactinémie associés à un risque de cancer du sein

Dépêche suivante

Enquête nationale : légalisation du cannabis

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire

Dernières actualités

Psychothérapie du trouble de personnalité borderline

Plusieurs approches de psychothérapie ont été expressément déployées pour traiter le trouble de la personnalité borderline (TPB) : les intervenants de cette session de l'Encéphale 2021 analysent pour nous les différentes méthodes de traitement.

Pour l'amour du risque

Sélectionner les meilleurs posters parmi les plus de 300 reçus n'a pas été chose facile, au regard de leur grande qualité à tous. Pour en juger par vous-même, découvrez-en 15 dans cette session de l'Encéphale 2021, aux thématiques diverses et variées.

L'irresponsabilité en substances

Quelles sont les limites des notions d'abolition et d'altération au sens pénal ? Certains médicaments peuvent-ils être qualifiés de criminogènes ? Quelles sont les attentes du parquet envers l'expert ? Quel équilibre trouver entre les attentes sociales et les évolutions législatives ? Si les expertises pénales jouent un rôle prépondérant pour la suite d'un procès, elles n'en suscitent pas moins bon nombre de questions, comme le montre cette session.

De l'enfant tyran au parent non violent

Nathalie Franc, pédopsychiatre, explique l'intérêt, les mécanismes et les applications du programme de "résistance non violente", une approche thérapeutique et innovante destinée aux parents victimes de leurs enfants au comportement tyrannique.