Psychiatrie clinique, biologique et thérapeutique

Bénéfice d'une séance en ligne de thérapie cognitivo-comportementale dans la dépression post-partum

Publié le mercredi 15 septembre 2021

WASHINGTON, 13 septembre 2021 (APMnews) - L'ajout d'ateliers en ligne reposant sur la thérapie cognitivo-comportementale à la prise en charge usuelle a permis d'apporter un soulagement supplémentaire à des mères présentant une dépression post-partum, selon une étude canadienne publiée dans JAMA Psychiatry.

"La dépression post-partum touche habituellement une mère sur 5, mais depuis la pandémie de Covid-19, elles sont plus nombreuses, les symptômes se sont aggravés et les difficultés d'accès aux soins se sont accentuées", rappellent le Dr Ryan Van Lieshout, de l'université McMaster à Hamilton (Canada) et ses collègues.

Des interventions brèves, reposant sur la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) et proposées sous forme d'ateliers sur une seule journée, ont démontré leur efficacité dans le traitement de la dépression en population générale, avec un bénéfice jusqu'à deux ans.

Dans cette étude multicentrique, les chercheurs ont voulu évaluer une telle approche, mais à distance, auprès de femmes souffrant de dépression post-partum.

Ils ont inclus 403 femmes vivant en Ontario au cours de la première vague pandémique, âgées de 31,8 ans en moyenne, le plus souvent en couple, mères d'un enfant de 5,3 mois en moyenne et souffrant d'une dépression avec un score EPDS de 16,5 points sur l'échelle d'Edinburgh.

Elles étaient 41 % à avoir reçu déjà des conseils pour leur dépression et 22 % étaient sous antidépresseurs.

Elles ont été randomisées entre une journée d'ateliers à distance, reposant sur la TCC, avec un psychothérapeute, un psychiatre ou un étudiant en psychologie clinique en plus de leur prise en charge habituelle, et leur prise en charge habituelle en attendant de pouvoir suivre cette même journée d'ateliers dans un délai de 3 mois.

Les patientes ont été évaluées à 3 mois et le score EPDS a diminué dans les deux groupes, de 4,82 points pour les femmes ayant suivi la journée d'ateliers et de 1,88 point dans le groupe contrôle, soit une différence statistiquement significative.

Selon l'analyse des données, l'ajout de cette journée d'ateliers en plus de la prise en charge habituelle était associé à des chances d'avoir une baisse du score EPDS cliniquement significative (OR) de 4,15.

De manière similaire, les mères ayant suivi la journée d'ateliers présentaient à 3 mois une anxiété réduite, avec une baisse de 4,44 points sur l'échelle GAD-7, alors que le score a baissé de seulement 1,59 point dans le groupe contrôle.

Là encore, l'atelier d'une seule journée était associé à une probabilité significative de diminution clinique de l'anxiété ; avec un OR de 3,1.

Les mères ont également rapporté une amélioration des liens qu'elles nouent avec leur enfant, de l'affection qu'elles leur portent, ainsi qu'une réduction de l'anxiété centrée sur lui.

"Ces résultats suggèrent qu'il semble possible de traiter un grand nombre de femmes souffrant d'une dépression post-partum à l'aide de cette approche simple et facile d'accès", concluent les chercheurs.

(JAMA Psychiatry, édition en ligne du 8 septembre)

 

Source : 

APM news

Dépêche précédente

Les antipsychotiques favorisant une hyperprolactinémie associés à un risque de cancer du sein

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire

Dernières actualités

Les équipes mobiles : avenir ou avatar de la psychiatrie ?

S'appuyant sur la polysémie du mot "avatar", constatez comment le terme peut s'appliquer aux équipes mobiles de la psychiatrie, avant de découvrir les spécificités, le périmètre, les innovations et l'efficacité de celles-ci.

Dissociation

Appréciez l'intervention du psychiatre et psychanalyste grec Vassilis Kapsambelis qui aborde le concept de dissociation en dissociant, précisément, ce qu'il appelle ses trois vies : la dissociation de Janet, la dissociation de Freud, et la dissociation de Bleuter.

L'autisme hors les murs

Le programme et les projets MACA, les équipes mobiles autour de l'autisme, telle que l'ESTRAAD, la téléconsultation ou encore l'intelligence artificielle semblent être des innovations prometteuses.

Le psychiatre dans le box de l'accusé

La responsabilité professionnelle des psychiatres se décline en trois champs, dont nos experts vont tenter de décrypter les nuances : responsabilité pénale, risque civil et justice ordinale.