Psychiatrie clinique, biologique et thérapeutique

Covid-19 : la santé mentale des Français, en particulier des enfants, continue à se dégrader

Publié le mercredi 24 mars 2021

SAINT-MAURICE (Val-de-Marne), 19 mars 2021 (APMnews) - La santé mentale des Français, en particulier celle des enfants et jeunes adolescents, continue à se dégrader alors que l'épidémie de Covid-19 se poursuit, avec une nouvelle augmentation de l'ensemble des indicateurs, selon les données épidémiologiques diffusées par Santé publique France.

En semaine 10, du 8 au 14 mars, pour les enfants de moins de 15 ans, les passages aux urgences pour geste suicidaire et troubles de l'humeur augmentent pour la deuxième semaine consécutive, et les actes médicaux de SOS Médecins pour angoisse sont aussi à la hausse pour la troisième semaine consécutive, indique SPF dans son bulletin de surveillance syndromique de la santé mentale publié mercredi.

Même si une augmentation des recours pour troubles de l'humeur et geste suicidaire est habituelle en période de reprise après les vacances scolaires d'hiver, elle se situe à un niveau supérieur à celui des années précédentes, observent les auteurs.

Selon les données du réseau Oscour, après 3 semaines de baisse et une semaine de hausse modérée, les passages pour geste suicidaire sont en forte progression, de +38% par rapport à la semaine précédente, avec 184 passages vs 133 en semaine 9 (S09), et à un niveau supérieur aux deux précédentes années (140 en S09 de 2020 et 132 en S09 de 2019).

Les passages pour troubles de l'humeur, et notamment les troubles dépressifs, suivent la même tendance, de +40% par rapport à la semaine précédente, avec 160 passages en S10 vs 114 en S09 et un niveau entre 1,6 et 5 fois supérieur à celui des années précédentes (respectivement 32 et 98 passages en S10 de 2020 et 2019).

La hausse est encore un peu plus marquée pour les troubles anxieux, avec +43% de passages par rapport à la semaine précédente, soir 289 contre 202, avec un niveau légèrement supérieur à celui des années précédentes (respectivement 217 et 262 passages en S10 de 2020 et 2019).

Chez les adolescents de 15 ans et plus et les adultes, les passages pour geste suicidaire et troubles anxieux se maintiennent dans des niveaux comparables voire inférieurs à ceux des deux dernières années. Les troubles de l'humeur sont toutefois en hausse de 17% chez les 15-44 ans par rapport à la semaine précédente, mais à un niveau qui reste proche des valeurs observées. Les troubles de l'humeur sont stables chez les 45 ans et plus.

Les données provenant des associations SOS Médecins montrent une stabilité des actes médicaux pour angoisse dans toutes les classes d'âges à l'exception des moins de 15 ans, en hausse depuis trois semaines consécutives mais dans de faibles effectifs (38 actes en S10 vs 34 en S09 soit +12%). Pour toutes les classes d'âges, "ces actes restent néanmoins dans les marges de fluctuation observées sur les dernières semaines et à un niveau supérieur à ceux observés lors des deux dernières années", observent les auteurs.

Les actes pour état dépressif sont en baisse ou stables, à un niveau légèrement supérieur aux 2 années précédentes dans toutes les classes d'âges, en particulier chez les personnes de 65 ans et plus après trois semaines de hausse. Les actes pour troubles du comportement suivent aussi cette tendance.

En revanche, les actes pour alcool (alcoolisme chronique, ivresse aiguë, syndrome de sevrage) sont en hausse, de 20% chez les 15-44 ans et de 57% chez les 45-64 ans par rapport à la semaine précédente, mais dans des niveaux comparables aux 2 dernières années pour l'ensemble des classes d'âges.

Aucune évolution notable n'est observée sur les autres indicateurs de santé mentale faisant l'objet d'une surveillance, comme les gestes suicidaires, les cas de violence ou agressivité, ou les troubles du sommeil rapportés par SOS Médecins, ainsi que le stress, les troubles des conduites et les problèmes d'alcool observés dans les services d'accueil des urgences.

Les dernières données issues de l'enquête CoviPrev proviennent de la vague 21, réalisée du 15 au 17 février, et montraient une augmentation des états dépressifs (+3 points) et anxieux (+4 points) depuis la vague 20 menée du 18 au 20 janvier, et un maintien à un niveau élevé des problèmes de sommeil déclarés au cours des huit derniers jours.

Une nouvelle étude s'est déroulée du 15 au 17 mars et les résultats seront présentés dans le prochain point épidémiologique.

Bulletin hebdomadaire de surveillance en santé mentale n°5 au 15 mars 2021

Source:

APM news

Dépêche précédente

Prévention du suicide : la formation des médecins généralistes et des jeunes eux-mêmes parmi les pistes les plus efficaces

Dépêche suivante

Autisme et TND : près de 7 000 enfants repérés par les plateformes de coordination et d'orientation précoce

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire

Dernières actualités

Les équipes mobiles : avenir ou avatar de la psychiatrie ?

S'appuyant sur la polysémie du mot "avatar", constatez comment le terme peut s'appliquer aux équipes mobiles de la psychiatrie, avant de découvrir les spécificités, le périmètre, les innovations et l'efficacité de celles-ci.

Dissociation

Appréciez l'intervention du psychiatre et psychanalyste grec Vassilis Kapsambelis qui aborde le concept de dissociation en dissociant, précisément, ce qu'il appelle ses trois vies : la dissociation de Janet, la dissociation de Freud, et la dissociation de Bleuter.

L'autisme hors les murs

Le programme et les projets MACA, les équipes mobiles autour de l'autisme, telle que l'ESTRAAD, la téléconsultation ou encore l'intelligence artificielle semblent être des innovations prometteuses.

Le psychiatre dans le box de l'accusé

La responsabilité professionnelle des psychiatres se décline en trois champs, dont nos experts vont tenter de décrypter les nuances : responsabilité pénale, risque civil et justice ordinale.