Psychiatrie clinique, biologique et thérapeutique

Intérêt d'un modulateur du récepteur NMDA dans la dépression

Publié le mercredi 19 mai 2021

WASHINGTON, 4 mai 2021 (APMnews) - Le composé MIJ821 développé par Novartis, un modulateur de la sous-unité NR2B du récepteur NMDA du glutamate, a donné des résultats encourageants dans le traitement de la dépression pharmacorésistante dans une étude de preuve de concept, selon un poster présenté lundi au congrès virtuel de l'American Psychiatric Association (APA).

Le composé MIJ821 est un modulateur négatif sélectif de la sous-unité NRB2 du récepteur NMDA, avec potentiellement peu d'effets indésirables, indiquent les chercheurs dans cette étude menée par le groupe suisse.Pour cet essai multicentrique de phase II, ils ont inclus 70 adultes (47,7 ans en moyenne) avec une dépression pharmacorésistante, c'est-à-dire en échec à au moins deux antidépresseurs administrés aux doses adéquates et présentant un épisode dépressif caractérisé depuis plus de 8 semaines, avec un score MADRS d'au moins 24 points.Ils ont été randomisés en double aveugle entre six groupes en Europe, un avec placebo, un avec kétamine et quatre avec le MIJ821, à faible dose toutes les semaines ou une semaine sur deux et à forte dose toutes les semaines ou une semaine sur deux. Aux Etats-Unis, le groupe avec kétamine n'était pas autorisé, pendant 6 semaines. Tous les traitements ont été administrés par perfusion intraveineuse sur 40 minutes.L'étude a été achevée par 75,7% des patients.L'analyse des données poolées montre que le critère principal d'évaluation était atteint, avec une différence du score MADRS statistiquement significative avec le MIJ821 à faible dose et à forte dose, de respectivement -8,25 points et -5,71 points dès la première journée suivant l'administration du traitement par rapport au placebo; avec la kétamine, la différence était de -5,67 points.Après 6 semaines, la différence restait significative pour le MIJ821 à faible dose seulement, avec une différence de -5,78 points par rapport au placebo, selon les données poolées.La taille d'effet la plus importante était observée avec la posologie de MIJ821 à faible dose une semaine sur deux.Le composé a été globalement bien toléré.Un essai de phase II pour évaluer l'effet du MIJ821 auprès de 195 patients avec un risque suicidaire en particulier est prévu, avec une fin annoncée en décembre 2023, selon le registre américain des essais cliniques ClinicalTrials.gov.Source:

APM news

Dépêche précédente

Phase III positive pour une psychothérapie "assistée par MDMA" dans le trouble de stress post-traumatique

Dépêche suivante

Intérêt de la mélatonine dans les troubles du sommeil associés à des pathologies neurologiques (société savante)

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire

Dernières actualités

Actualités phénoménologiques de l'expérience schizophrénique

Dans cette vidéo, retrouvez le Pr J-A Micoulaud-Franchi ainsi que plusieurs conférenciers qui exp...

Congrès de l'Encéphale 2022 : appel à communications

Vous avez jusqu'au 11 octobre 2021 pour soumettre votre résumé et présenter votre travail lo...

Les talks de l'Encéphale : Le cinéma intérieur

Dans cette session, le Pr L. Naccache nous propose une fascinante mise en abyme de cette édi...

Les femmes, des criminelles comme les hommes ?

Après avoir dressé un état des lieux de la condition criminelle féminine le Dr L. Layet et les in...