Psychiatrie clinique, biologique et thérapeutique

La schizophrénie, facteur de risque de décès chez les patients Covid+

Publié le vendredi 5 février 2021

WASHINGTON, 28 janvier 2021 (APMnews) - Les troubles du spectre de la schizophrénie semblent constituer un facteur de risque de décès pour les personnes atteintes d'un Covid-19, à la différence des troubles de l'humeur et des troubles anxieux, selon une étude américaine publiée dans JAMA Psychiatry.

L'identification de facteurs de risque d'infection à Sars-CoV-2 et de sévérité de la maladie est importante pour la prise de décision, notamment les mesures de prévention ciblée, dans un contexte de ressources limitées, rappellent le Dr Katlyn Nemani du New York University Langone Medical Center et ses collègues.

Outre l'âge, le sexe masculin, le diabète, les maladies cardiovasculaires, d'autres facteurs d'infection et de sévérité émergent, notamment des troubles psychiatriques. En revanche, ils n'ont pas été évalués comme facteur de risque de décès.

Dans cette étude rétrospective menée dans le New York University Langone Health System, qui comporte 260 centres de consultations et quatre établissements d'hospitalisation pour soins aigus, les chercheurs ont examiné les associations éventuelles entre différents troubles psychiatriques, en particulier les troubles du spectre de la schizophrénie, les troubles de l'humeur et les troubles anxieux, et la mortalité parmi des adultes atteints de Covid-19.

L'analyse a porté sur 7 348 patients avec un test positif pour le Sars-CoV-2 (54 ans en moyenne, 53% de femmes) entre le 3 mars et le 31 mai 2020, avec des données de suivi sur 45 jours. Parmi eux, 1% avait des antécédents de troubles schizophréniques, 7,7% de troubles de l'humeur et 4,9% de troubles anxieux.

Dans la cohorte, 11,8% des patients étaient décédés ou admis en unité de soins palliatifs dans les 45 jours suivant le résultat positif de la RT-PCR.

Après ajustement des données sur les facteurs de risque démographiques et médicaux, il apparaît qu'un diagnostic de troubles du spectre de la schizophrénie est associé de manière significative sur le plan statistique au risque de décès à 45 jours, avec un risque relatif rapproché (OR) de 2,7 par rapport aux personnes ne présentant pas de tels troubles.

Les troubles de l'humeur et les troubles anxieux étaient également associés à la mortalité chez les patients Covid+ mais ces résultats n'étaient plus significatifs dans l'analyse après ajustement.

À la connaissance des chercheurs, cette étude est la première à évaluer spécifiquement si des troubles psychiatriques sont associés avec un risque de Covid-19 à évolution fatale. Les résultats confirment une étude marseillaise, note-t-on.

D'autres études sont nécessaires pour déterminer si d'autres troubles psychiatriques peuvent aussi être un facteur de risque de décès chez les patients atteints de Covid-19. Des interventions ciblées pourraient être nécessaires, concluent les chercheurs.

(JAMA Psychiatry, édition en ligne du 27 janvier)

Source : 

APM news

Dépêche précédente

Psychiatrie : les dispositifs d'intervention précoce peinent à se mettre en place en vie réelle

Dépêche suivante

Quelles perspectives pour les équipes de liaison et de soins en addictologie ?

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire

Dernières actualités

Psychothérapie du trouble de personnalité borderline

Plusieurs approches de psychothérapie ont été expressément déployées pour traiter le trouble de la personnalité borderline (TPB) : les intervenants de cette session de l'Encéphale 2021 analysent pour nous les différentes méthodes de traitement.

Pour l'amour du risque

Sélectionner les meilleurs posters parmi les plus de 300 reçus n'a pas été chose facile, au regard de leur grande qualité à tous. Pour en juger par vous-même, découvrez-en 15 dans cette session de l'Encéphale 2021, aux thématiques diverses et variées.

L'irresponsabilité en substances

Quelles sont les limites des notions d'abolition et d'altération au sens pénal ? Certains médicaments peuvent-ils être qualifiés de criminogènes ? Quelles sont les attentes du parquet envers l'expert ? Quel équilibre trouver entre les attentes sociales et les évolutions législatives ? Si les expertises pénales jouent un rôle prépondérant pour la suite d'un procès, elles n'en suscitent pas moins bon nombre de questions, comme le montre cette session.

De l'enfant tyran au parent non violent

Nathalie Franc, pédopsychiatre, explique l'intérêt, les mécanismes et les applications du programme de "résistance non violente", une approche thérapeutique et innovante destinée aux parents victimes de leurs enfants au comportement tyrannique.