Psychiatrie clinique, biologique et thérapeutique

Les patients suivis en psychiatrie ont représenté près de 30 % des traitements de l'hépatite C entre 2014 et 2019

Publié le mercredi 6 octobre 2021

BIARRITZ, 1er octobre 2021 - L'analyse de l'ensemble des patients traités en France pour une hépatite C en 2014-2019 indique une progression du dépistage, une baisse du délai de mise sous traitement, et identifie la population psychiatrique comme un réservoir de l'épidémie, selon des résultats présentés le 30 septembre 2021 lors des journées scientifiques de l'Association française pour l'étude du foie (Afef).

À partir de 2014, les nouveaux antiviraux d'action directe sur le virus de l'hépatite C (VHC), très efficaces pour supprimer l'infection virale, ont été mis à disposition en France, en premier lieu pour les patients atteints de fibrose sévère, du fait de leur prix très élevé.

À partir de 2017, l'accès à ces traitements a été élargi à l'ensemble des personnes chroniquement infectées par l'hépatite C. En 2018, les traitements ont pu être délivrés en officine, puis mi-2019, la prescription des AAD pangénotypiques a été ouverte à tous les médecins, ont rappelé le Pr Stanislas Pol, de l'hôpital Cochin (AP-HP, Paris) et ses collègues dans le résumé de leur présentation.

Ils ont analysé le système national des données de santé pour évaluer l'impact de l'ouverture progressive de l'accès à ces traitements en matière de dépistage et de délai de mise sous traitement entre janvier 2015 et décembre 2019.

Sur environ 86 000 patients traités au cours de ces cinq années, ils ont pu analyser les données relatives à près de 71 500 personnes.

Les deux premières années, en 2015-2017, une progression de 44 % des mises sous traitement a été observée, puis elles ont chuté de 46 %. La part de personnes dépistées dans la population française a progressé de 1 %, au cours de cette période passant de 4,6 % à 5,6 %, et le délai médian entre le test et la mise sous traitement a été réduite de 27 jours. Alors qu'elle atteignait 64 jours en 2014, elle a chuté à 37 jours en 2019.

La part de prescription en ville est passée de 5 % à 20 % entre 2015 et 2019.

Dans cette cohorte, seuls 2 200 patients ont été retraités pour leur hépatite C, avec une sur-représentation des patients co-infectés par le VIH, a précisé le Pr Pol, lors de sa présentation.

Une majorité des patients traités au cours de ces cinq années n'étaient pas considérés comme à risque, soulignent les auteurs. La part des patients co-infectés par le VIH, qui avaient eu un accès prioritaire aux traitements, a décliné à partir de 2016. Sur les 5 ans, ils représentaient 11 % des patients traités, les usagers de drogues 21 % et la "population psychiatrique" 27 %.

Le Pr Pol a précisé les caractéristiques de cette population psychiatrique. Une majorité d'entre eux étaient également des usagers de drogue (55 %), 13,6 % étaient co-infectés par le VIH et d'autres étaient incarcérés ou migrants, deux facteurs de risque connus d'infection par le VHC. Toutefois, 39 % de cette "population psychiatrique" n'avait pas de cofacteur de risque identifié.

Ces 22 889 personnes traitées pour leur hépatite C et catégorisées dans la population psychiatrique étaient atteintes de troubles addictifs dans 61 % des cas, de troubles de l'humeur ou de névroses dans la moitié des cas, et de troubles psychotiques pour 23 % d'entre elles. Plus de 60% d'entre elles avaient été hospitalisées dans les 12 mois au moment du traitement. Après le traitement de l'hépatite C, le taux d'hospitalisation apparaissait inférieur.

A l'appui de ces résultats, le Pr Pol a préconisé des campagnes de dépistage en psychiatrie et chez les plus de 50 ans.

Lors de la discussion, des spécialistes ont rapporté des difficultés d'accès au traitement dans les unités psychiatriques.

Source : 

APM news

Dépêche précédente

Ne pas banaliser les idées suicidaires chez l'enfant et l'adolescent (HAS)

Dépêche suivante

Autisme et TND : l'organisation des plateformes de coordination et d'orientation précoce de 7 à 12 ans précisée

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire

Dernières actualités

Addicts - Comprendre les nouvelles addictions et s'en libérer

Sur fond de références "pop", le nouveau livre de Jean-Victor Blanc nous aide à comprendre les nouvelles addictions et à apprendre à nous en libérer.

Le rechallenge à la clozapine

Nombreux sont les challenges visant à réintroduire la clozapine, cet antipsychotique dont l'efficacité dans le traitement de la schizophrénie résistante n'est plus à prouver, mais dont les effets secondaires freinent, parfois à tort, son utilisation, comme nous l'explique Maud Rotharmel dans cette session où elle échange sur le sujet avec le Pr Pierre-Michel Llorca.

Enquête nationale : légalisation du cannabis

L'Encéphale online vous propose de participer à une enquête visant à connaître l'opinion des psychiatres sur la légalisation du cannabis : répondez au questionnaire en ligne sans plus attendre !

Sexualités : participez au colloque international

Ce sont les usages de notre société qu’il y a à penser pour que puisse être appréhendé ce qui constitue le cœur des sexualités : voilà ce que les divers intervenants tenteront de démontrer au travers de présentations aux thèmes riches et variés.