Psychiatrie clinique, biologique et thérapeutique

Dépression de la personne âgée : seulement 40% des médecins généralistes suivent les recommandations

Publié le lundi 7 décembre 2020

PARIS, 27 novembre 2020 (APMnews) - Seulement 41% des médecins généralistes suivent les recommandations de bonnes pratiques pour la prise en charge de l'épisode dépressif caractérisé de la personne âgée, selon les résultats d'une petite enquête présentés au Congrès français de psychiatrie.

Les médecins généralistes jouent un rôle central dans la prise en charge de l'épisode dépressif caractérisé. Cependant, peu de données portent sur les spécificités de la prise en charge chez la personne âgée en cabinet de médecine générale dans la littérature, indiquent Mathilde Robert de l'université de Lille et ses collègues dans leur poster.

Ils ont voulu décrire la prise en charge initiale de l'épisode dépressif caractérisé de la personne âgée en cabinet de médecine générale. Parmi 300 généralistes sollicités, 66 ont répondu à un auto-questionnaire anonyme en ligne.

Le respect des recommandations était défini par la prescription d'une psychothérapie ainsi que d'un inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine (ISRS), d'un inhibiteur de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline (IRSN), de mirtazapine ou de miansérine, pour une durée de 6 à 12 mois.

Les médecins étaient des hommes pour les deux tiers (66,7%), âgés de 46,5 ans en moyenne. Ils étaient 34,8% à avoir soutenu leur thèse après 2010. Seulement 7,6% avaient une formation en psychiatrie.

La classe d'antidépresseur la plus utilisée était les ISRS suivie de la miansérine. Parmi les répondants, 41% respectaient les recommandations. Plus d'un tiers (36,4%) en particulier prescrivaient un traitement antidépresseur sur une durée plus courte que celle préconisée dans les recommandations.

L'association d'un antidépresseur et d'un anxiolytique était utilisée par 77,3% des répondants, faisant des anxiolytiques une classe thérapeutique très utilisée. Les durées des traitements par benzodiazépines et hypnotiques étaient en accord avec les recommandations de bonne pratique dans respectivement 90,9% et 83,4% des prescriptions.

Une grande majorité des généralistes (81,8%) déclaraient s'appuyer sur la psychothérapie et 74,2% effectuaient une prise en charge psychosociale.

Ces résultats indiquent qu'il faudrait encourager des mesures d'amélioration de la prise en charge de l'épisode dépressif caractérisé de la personne âgée parmi les médecins généralistes, concluent les auteurs.

Source : 

APM news

Dépêche précédente

Santé mentale et psychiatrie : il faut penser les réponses au "stress chronique" général dû à la crise du Covid-19

Dépêche suivante

Les états anxieux et dépressifs restaient élevés dans la population mi-décembre (point Covid de SPF)

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire

Dernières actualités

Psychothérapie du trouble de personnalité borderline

Plusieurs approches de psychothérapie ont été expressément déployées pour traiter le trouble de la personnalité borderline (TPB) : les intervenants de cette session de l'Encéphale 2021 analysent pour nous les différentes méthodes de traitement.

Pour l'amour du risque

Sélectionner les meilleurs posters parmi les plus de 300 reçus n'a pas été chose facile, au regard de leur grande qualité à tous. Pour en juger par vous-même, découvrez-en 15 dans cette session de l'Encéphale 2021, aux thématiques diverses et variées.

L'irresponsabilité en substances

Quelles sont les limites des notions d'abolition et d'altération au sens pénal ? Certains médicaments peuvent-ils être qualifiés de criminogènes ? Quelles sont les attentes du parquet envers l'expert ? Quel équilibre trouver entre les attentes sociales et les évolutions législatives ? Si les expertises pénales jouent un rôle prépondérant pour la suite d'un procès, elles n'en suscitent pas moins bon nombre de questions, comme le montre cette session.

De l'enfant tyran au parent non violent

Nathalie Franc, pédopsychiatre, explique l'intérêt, les mécanismes et les applications du programme de "résistance non violente", une approche thérapeutique et innovante destinée aux parents victimes de leurs enfants au comportement tyrannique.