Psychiatrie clinique, biologique et thérapeutique

Des fiches "réponses rapides" pour les professionnels de santé dans le cadre de l'épidémie de Covid-19

Mis à jour le mardi 19 mai 2020

dans

PARIS, 3 avril 2020 (APMnews) - La Haute autorité de santé (HAS) a diffusé vendredi une première série de fiches de "réponses rapides" élaborées avec les organisations professionnelles, les sociétés savantes et les associations d'usagers pour assurer la continuité des soins dans le contexte de l'épidémie d'infections au coronavirus Sars-CoV-2.

La HAS s'est dotée d'"une méthode d'élaboration de réponses rapides" afin d'"apporter en urgence une réponse concrète, claire et scientifiquement étayée aux questions actuelles des professionnels de santé, des patients et de l'Etat". Ces réponses rapides sont provisoires, seront actualisées dès que nécessaire et ne sont valables que durant l'épidémie de Covid-219, indique l'agence dans une actualité presse.

Vendredi, outre la méthode elle-même, la HAS a diffusé 5 fiches, une sur la télémédecine, deux sur la grossesse, une sur les maladies chroniques et la dernière sur la psychiatrie :

La HAS donne notamment quatre réponses rapides pour le recours à la téléconsultation et/ou au télésoin, qui permettent dans le cadre de l'épidémie de Covid-19 de :

  1. assurer une prise en charge à domicile pour les patients présentant les symptômes de l'infection ou reconnus atteints du Covid-19
  2. faciliter l'accès aux soins, y compris en cas de besoin de prise en charge aigüe
  3. assurer une continuité de prise en charge chez les patients ayant une maladie chronique et de limiter les déplacements en période de confinement
  4. protéger les professionnels de santé de l'infection ainsi que les patients qu'ils prennent en charge.

Continuité du suivi des femmes enceintes

Pour la continuité du suivi des femmes enceintes, sept réponses rapides sont données :

  1. articuler le suivi des grossesses autour des 3 échographies obstétricales
  2. réaliser le suivi des femmes à bas risque obstétrical au maximum en ville
  3. privilégier la téléconsultation et limiter les déplacements au domicile
  4. adapter le suivi des grossesses à risques, tout en renforçant la surveillance des comorbidités associées et [qui] prévalent des formes graves du Covid-19
  5. renforcer le suivi des grossesses suspectées ou diagnostiquées Covid-19, en privilégiant la téléconsultation
  6. maintenir l’entretien prénatal précoce et proposer un soutien psychologique s'il est souhaité par les femmes, même à distance
  7. maintenir les séances de préparation à la naissance grâce à la téléconsultation ou en les couplant à certaines consultations et accompagner les femmes pour préparer la sortie précoce de maternité.

Continuité du suivi postnatal des femmes et de leur enfant

Quant à la continuité du suivi postnatal des femmes et de leur enfant, la HAS formule cinq réponses rapides :

  1. favoriser les sorties précoces, à partir de H48, en favorisant le lien ville-hôpital
  2. réaliser l’examen du nouveau-né en présentiel entre le 6e et le 10e jour postnatal
  3. favoriser les téléconsultations
  4. favoriser le lien avec la sage-femme lors du suivi postnatal
  5. s'assurer du bien-être physique et mental de la mère, maintenir le soutien psychologique des femmes même à distance et accompagner la mère ou le couple dans ses pratiques parentales.

Personnes atteintes de maladies chroniques somatiques

Concernant les personnes atteintes de maladies chroniques somatiques, l'agence reprend la liste des personnes à risque de formes sévères de Covid-19 établie par le Haut conseil de la santé publique (HCSP) mi-mars et formule six réponses rapides :

  1. rappeler au patient la nécessité de poursuivre la prise en charge de sa maladie : autosurveillance, gestion des symptômes et des traitements et rappel des objectifs thérapeutiques fixés, pas d'interruption du traitement de fond sans avis médical, importance des consultations médicales et le cas échéant d'un suivi paramédical
  2. informer le patient sur la nécessité d'alerter son médecin traitant en cas de symptômes inhabituels qui peuvent traduire une décompensation de la maladie chronique, une maladie intercurrente ou un Covid-19.
  3. repérer, contacter et renforcer la surveillance des personnes dont la situation est plus à risque : les personnes en affection de longue durée (ALD), les personnes âgées à domicile, polypathologiques, les personnes atteintes de troubles psychopathologiques, les patients ne suivant pas régulièrement leurs traitements
  4. s’assurer que le patient dispose des moyens de protection vis-à-vis du virus, de moyens de communication suffisants, des coordonnées des contacts médicaux et paramédicaux, des médicaments nécessaires et renforcer l'information du patient sur les mesures de protection vis-à-vis du Sars-CoV-2 et vérifier la bonne adhésion à ces mesures
  5. évaluer la nécessité d’un renforcement du suivi, médical, infirmier ou par un autre professionnel (masseur-kinésithérapeute, psychologue, etc.).
  6. encourager le maintien d'une bonne hygiène de vie et d'une activité physique a minima et soutenir l'implication des patients dans leur prise en charge.

Patients confinés à domicile souffrant de pathologies psychiatriques

Enfin, pour les patients souffrant de pathologies psychiatriques en situation de confinement à leur domicile, la HAS donne sept réponses rapides :

  1. maintenir et renforcer l’offre de soins ambulatoires en privilégiant le recours aux prises en charge à distance (vidéotransmission, à défaut par téléphone), tout en maintenant la possibilité de consultations en structures de prise en charge ambulatoire ou en cabinet libéral, de visites à domicile et d'activités individuelles
  2. rester vigilant quant au suivi somatique (en incluant l’évaluation régulière d’éventuels symptômes Covid-19) et au contexte social et familial du patient
  3. sensibiliser le patient et son entourage à la nécessité du maintien d'une hygiène de vie pendant le confinement, lui rappeler les règles de confinement et l'aider à les respecter
  4. faciliter l’accès des patients à leurs traitements (renouvellement d'ordonnances, délivrance de médicaments, transports)
  5. assurer une permanence téléphonique pour les situations de détresse aiguë au niveau des secteurs de psychiatrie et maintenir l'accès aux urgences psychiatriques
  6. assurer une coordination/coopération renforcée, dans le cadre de la prévention de Covid-19 et des conséquences du confinement, entre les acteurs de la psychiatrie, les médecins traitants/médecins généralistes et les autres professionnels impliqués dans la prise en charge et l'accompagnement du patient (infirmiers libéraux, psychologues libéraux et professionnels des secteurs médico-social et social adultes et enfants).
  7. prendre en compte les spécificités des enfants et adolescents, des personnes âgées ainsi que des patients avec conduites addictives. Pour ces derniers, il convient de rester vigilant aux risques liés à un sevrage forcé.

La HAS a mis en place un système de saisine rapide par les organisations de professionnels ou de patients et d'usagers au moyen d'une boîte messagerie reponsesrapides.covid19@has-sante.fr et le collège de la HAS priorisera les sujets à traiter.

Source :

APM news

Voir aussi

Dossier spécial Crise Covid-19 : Recommandations pour les soignants et patients en santé mentale

Dépêche précédente

Covid-19 : palette de dispositifs d'écoute et de soutien psychologique aux soignants

Dépêche suivante

"Une aide à la réflexion" pour les CMP publiée par les présidents de CME d'hôpitaux psychiatriques

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire

Dernières actualités

COVID-19: Recommandations internationales

L'Encéphale Online s'est associé au laboratoire de psychiatrie de précision du professeur Andrea...

Contingence d’une pandémie, le mot de Raphaël Gaillard

L’ensemble de notre système de soin s’est adapté dans un temps record à une mécanique simple mais...

Assurer les soins aux patients souffrant de troubles psychiques en France pendant l’épidémie à SARS-CoV-2

Cet article publié dans la revue de l'Encéphale vise à proposer proposer des éléments de guidance...

Les médicaments en procès

Psychostimulants, valproate, anti-dépresseurs... La prescription de certains médicaments peut êtr...