Psychiatrie clinique, biologique et thérapeutique

Des troubles psychiatriques du type bipolaire ou psychotique associés aux anti-TNF

Publié le mercredi 21 octobre 2020

PARIS, 6 octobre 2020 (APMnews) - Les inhibiteurs du facteur de nécrose tumorale (TNF) semblent associés à des troubles psychiatriques, en particulier des manifestations de trouble bipolaire, de phase maniaque en particulier, et de trouble psychotique, selon une étude française.

Les anti-TNFα sont indiqués dans le traitement de différentes maladies auto-immunes, comme la polyarthrite rhumatoïde, la spondylarthrite ankylosante, le psoriasis, le rhumatisme psoriasique et les maladies inflammatoires chroniques de l'intestin (Mici), et sont beaucoup prescrits, rappellent le Dr Cécile Yelnik du CHU de Lille et ses collègues dans Thérapies.

Ils se sont intéressés aux effets indésirables psychiatriques de ces médicaments et dans leur notice, les troubles dépressifs en particulier sont mentionnés, mais ni les troubles maniaques ni les troubles psychotiques alors que des cas ont été décrits dans la littérature.

Pour mieux apprécier ces effets indésirables en vie réelle, ils ont analysé les déclarations de cas dans la base nationale de pharmacovigilance, à la fois les cas de diagnostic d'épisode maniaque et d'épisode psychotique ainsi que les symptômes psychiatriques avec des caractéristiques maniaques ou psychotiques (troubles de la pensée et de la perception, trouble de la personnalité, troubles du comportement, délire, trouble dissociatif, troubles sexuels).

L'analyse a porté sur l'ensemble des cas déclarés de 1985 au 31 décembre 2017 puis chaque cas a été réexaminé par un psychiatre. Les médicaments impliqués étaient l'infliximab, l'étanercept, l'adalimumab, le golimumab ou le certolizumab.

Parmi 9 942 cas déclarés avec un anti-TNFα, 243 concernaient des effets psychiatriques dont 41 avec des troubles maniaques ou psychotiques. Ils étaient 11 à avoir des antécédents psychiatriques. Dans la plupart des cas, l'anti-TNFα était prescrit pour une maladie rhumatologique (59%) et l'adalimumab concernait 90% des prescriptions.

Parmi ces cas psychiatriques, un diagnostic d'épisode maniaque a été posé en particulier chez 9 patients dont 5 n'avaient pas d'antécédents psychiatriques. Les symptômes se sont manifestés entre quelques heures et plusieurs années après l'initiation du traitement par anti-TNFα, avec un délai médian de 40 jours.

Le traitement a été arrêté pour 23 patients dont l'état s'est amélioré pour tous sauf un. Le médicament a été retesté chez 4 patients mais un a développé une nouvelle décompensation. Par ailleurs, chez 8 patients, chaque administration de l'anti-TNF s'accompagnait de troubles psychiatriques; un autre anti-TNF a été testé et un patient a rechuté.

Chez 23 patients, l'anti-TNFα était le seul médicament suspect. Les corticostéroïdes étaient potentiellement impliqués également chez deux patients et d'autres médicaments étaient également suspectés, moins bien connus pour provoquer des effets indésirables psychiatriques : des inhibiteurs de la pompe à protons (IPP), des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), des antidépresseurs imipraminiques, des opiacés, des bêta-bloquants.

Ces résultats suggèrent que les anti-TNFα sont susceptibles de déclencher des troubles maniaques ou psychotiques et des études pharmaco-épidémiologiques prospectives doivent être menées pour confirmer ce signal, concluent les chercheurs.

(Thérapies, édition en ligne du 25 septembre)

Source

APM news

Dépêche précédente

PsychoPharma.Fr prescrire en un clic, une nouvelle plateforme d'aide à la prescription en psychiatrie

Dépêche suivante

"La prison est en train de jouer le rôle des vieux asiles d'antan" (Dominique Simonnot, CGLPL)

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire

Dernières actualités

Les équipes mobiles : avenir ou avatar de la psychiatrie ?

S'appuyant sur la polysémie du mot "avatar", constatez comment le terme peut s'appliquer aux équipes mobiles de la psychiatrie, avant de découvrir les spécificités, le périmètre, les innovations et l'efficacité de celles-ci.

Dissociation

Appréciez l'intervention du psychiatre et psychanalyste grec Vassilis Kapsambelis qui aborde le concept de dissociation en dissociant, précisément, ce qu'il appelle ses trois vies : la dissociation de Janet, la dissociation de Freud, et la dissociation de Bleuter.

L'autisme hors les murs

Le programme et les projets MACA, les équipes mobiles autour de l'autisme, telle que l'ESTRAAD, la téléconsultation ou encore l'intelligence artificielle semblent être des innovations prometteuses.

Le psychiatre dans le box de l'accusé

La responsabilité professionnelle des psychiatres se décline en trois champs, dont nos experts vont tenter de décrypter les nuances : responsabilité pénale, risque civil et justice ordinale.