Psychiatrie clinique, biologique et thérapeutique

Intérêt du cannabidiol dans les troubles de l'usage du cannabis

Publié le jeudi 30 juillet 2020

LONDRES, 29 juillet 2020 (APMnews) - Le cannabidiol semble sûr et pourrait être efficace dans le traitement des troubles de l'usage du cannabis, selon les résultats d'une étude de phase IIa britannique publiés par The Lancet Psychiatry.

C'est le premier essai clinique à suggérer un effet du cannabidiol par rapport à un placebo pour réduire la consommation de cannabis, observe le journal médical dans un communiqué. Ces résultats sont "encourageants" puisqu'il n'existe actuellement "aucun traitement pharmacologique pour la dépendance au cannabis", se félicite le principal auteur, le Dr Tom Freeman de l'université de Bath.

Dans cette étude financée par le Medical Research Council (MRC), le Dr Freeman et ses collègues cherchaient initialement à déterminer une dose potentiellement efficace de cannabidiol pour traiter des patients avec un trouble de l'usage du cannabis modéré à sévère.

Ils ont inclus 48 participants (18 à 43 ans) puis les ont randomisés en double aveugle entre du cannabidiol oral à 200 mg/j, 400 mg/j et 800 mg/j et un placebo pour quatre semaines, en plus d'un soutien psychologique par entretien motivationnel.

Lors d'une analyse intermédiaire, la dose de 200 mg a été considérée comme inefficace. Pour la seconde partie de l'étude, 34 nouveaux patients ont été randomisés entre le cannabidiol à 400 mg et 800 mg et un placebo.

L'analyse en intention de traiter des données montre que le critère principal d'évaluation était atteint, avec une baisse de la consommation de cannabis objectivée par dosage du rapport entre le métabolite THC-COOH et la créatinine urinaires et/ou du nombre de jours par semaine sans consommation plus importante avec le cannabidiol.

A l'issue des quatre semaines de traitement, le ratio THC-µCCOH/créatinine a baissé de 94,21 ng/mL avec le cannabidiol à 400 mg et de 72,02 ng/mL avec la dose de 200 mg par rapport au groupe placebo. En outre, le nombre de jours sans prise de cannabis a augmenté de 0,5 jour et de 0,3 jour par semaine en moyenne respectivement.

Le cannabidiol a été globalement bien toléré.

Ces résultats constituent "la première preuve" en faveur du cannabidiol comme traitement du trouble de l'usage de cannabis, ce qui est important à la lumière des débats menés actuellement dans plusieurs pays sur les produits à base de cannabis à visée thérapeutique, le nombre important de consommateurs et l'absence de traitement actuellement disponible, concluent les chercheurs.

Dans le communiqué du Lancet Psychiatry, le Pr Valerie Curran de l'University College London, qui a coordonné cette étude, estime que des doses plus élevées ne sont pas susceptibles d'apporter un bénéfice supplémentaire et que "de plus grandes études sont nécessaires pour déterminer la taille de l'effet du cannabidiol sur l'usage du cannabis".

(The Lancet Psychiatry, édition en ligne du 28 juillet)

Source :

APM news

Dépêche précédente

Covid-19 : Ramsay Santé a créé un dispositif d'accompagnement psychologique des soignants

Dépêche suivante

La thérapie comportementale dialectique semble efficace chez les femmes victimes de violences pendant l'enfance

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire

Dernières actualités

Les femmes, des criminelles comme les hommes ?

Après avoir dressé un état des lieux de la condition criminelle féminine le Dr L. Layet et les in...

La nouvelle nomenclature des psychotropes

Le Pr P. Blier nous présente, dans cette session du congrès de l'Encéphale 2021, la nouvelle nome...

En thérapeutique, la série de l’Encéphale pour vraiment soigner

Rendez-vous tous les mercredis de juin pour notre série de webinaires interactifs !

Les démences, des maladies psychiatriques ?

Dans cette session de l'Encéphale 2021, Philipe ROBERT et ses invités nous proposent de parcourir...