Psychiatrie clinique, biologique et thérapeutique

Près de 20% des patients développent un trouble psychiatrique dans les trois mois suivant un Covid-19

Publié le vendredi 13 novembre 2020

dans

LONDRES, 10 novembre 2020 (APMnews) - Près de 20% des patients atteints de Covid-19 reçoivent un diagnostic de trouble psychiatrique dans les trois mois qui suivent leur infection par Sars-CoV-2 et les troubles psychiatriques semblent constituer un facteur de risque de Covid-19, selon les résultats d'une étude anglo-américaine publiée lundi dans The Lancet Psychiatry.

Depuis le début de la pandémie de Covid-19, des questions se sont posées à la fois sur l'impact potentiel du coronavirus Sars-CoV-2 sur la santé mentale et inversement, du virus chez les personnes atteintes de troubles mentaux, rappellent Maxime Taquet de l'université d'Oxford et ses collègues.

Plusieurs enquêtes ont montré que les patients atteints de Covid-19 présentent des symptômes anxieux et dépressifs ainsi qu'une insomnie. Par ailleurs, il apparaît qu'environ 20% des patients atteints de Covid-19 avaient aussi des comorbidités psychiatriques. Cependant, ces risques ont été peu mesurés de manière précise.

Les chercheurs ont utilisé le réseau TriNetX Analytics Network, qui rassemble les données anonymisées des dossiers médicaux électroniques issus de 54 organismes de santé aux Etats-Unis pour un total de 69,8 millions de patients. Parmi eux, 62 354 patients adultes avaient un diagnostic de Covid-19 entre le 20 janvier et le 1er août.

Ils ont ensuite constitué différentes cohortes, l'une avec plus de 1,7 million de patients présentant un diagnostic de maladie psychiatrique dans leur dossier médical enregistré dans l'année précédant la date index du 20 janvier, une autre appariée mais sans diagnostic psychiatrique et un sous-groupe de 44 779 patients avec un Covid-19, sans antécédent psychiatrique.

L'analyse des données montre que l'incidence des diagnostics psychiatriques, quels qu'ils soient, survenant entre 14 et 90 jours après le diagnostic de Covid-9, était de 18,1% et de 5,8% pour un tout premier diagnostic psychiatrique.

Un diagnostic de Covid-19 était associé de manière significative sur le plan statistique à un risque de premier diagnostic psychiatrique accru par rapport à six autres problèmes de santé : ce risque était multiplié par 2,1 avec le Covid-19 par rapport à une grippe, par 1,7 par rapport à d'autres infections respiratoires, par 1,6 par rapport à une infection cutanée ou par rapport à une lithiase biliaire, par 2,2 par rapport à une lithiase urinaire et par 2,1 par rapport à une fracture des gros os.

Le trouble psychiatrique le plus fréquemment diagnostiqué après une infection de Covid-19 était un trouble anxieux, avec une probabilité de 4,7% dans les 90 jours suivant le diagnostic de Covid-19 et un risque multiplié par 1,6 à 2,6 par rapport aux autres problèmes de santé.

La probabilité de développer un trouble de l'humeur était de 2%, principalement une dépression (1,7%). Elle était similaire pour l'insomnie (1,9%). La probabilité de trouble psychiatrique était en revanche faible, de seulement 0,1% dans les 90 jours suivant le diagnostic de Covid-19.

Il apparaît par ailleurs qu'un diagnostic de Covid-19 est associé à un risque accru de démence chez les personnes de 65 ans et plus, avec un facteur variant entre 1,9 et 3,2 par rapport à d'autres problèmes de santé, et une probabilité de 1,6% à 90 jours de suivi.

Les analyses de sensibilité ont confirmé globalement que le Covid-19 était associé à un risque de maladie psychiatrique. Mais la sévérité de l'infection ne semble pas être un facteur de risque de séquelles psychiatriques.

Inversement, avoir un diagnostic psychiatrique dans l'année précédant la pandémie de Covid-19 apparaît être un facteur de risque d'infection Covid-19, avec une hausse de 65% par rapport à des personnes de profil similaire mais sans trouble psychiatrique. Les résultats étaient similaires dans les différentes analyses de sensibilité, mais des facteurs socio-économiques confondant résiduels ne peuvent être exclus, estiment les chercheurs.

En examinant différents diagnostics psychiatriques, seuls les patients avec un trouble psychotique conservaient un risque accru significativement de Covid-19, de 17%. Le risque n'était pas significatif pour les troubles de l'humeur et les troubles anxieux semblaient même avoir un effet protecteur (RR=0,95).

Ces résultats sont issus d'une étude beaucoup plus grande que les précédentes menées jusqu'à présent sur le Covid-19 et les troubles psychiatriques, apportant des estimations plus précises, notamment sur le risque de démence, concluent les chercheurs. Des cohortes prospectives au long cours doivent être mises en place pour suivre les patients.

(The Lancet Psychiatry, édition du 9 novembre)

Source :

APM news

Dépêche précédente

Intérêt de la psilocybine dans la dépression

Dépêche suivante

Pour lutter contre le suicide des jeunes, des initiatives nombreuses mais peu visibles

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire

Dernières actualités

Addicts - Comprendre les nouvelles addictions et s'en libérer

Sur fond de références "pop", le nouveau livre de Jean-Victor Blanc nous aide à comprendre les nouvelles addictions et à apprendre à nous en libérer.

Le rechallenge à la clozapine

Nombreux sont les challenges visant à réintroduire la clozapine, cet antipsychotique dont l'efficacité dans le traitement de la schizophrénie résistante n'est plus à prouver, mais dont les effets secondaires freinent, parfois à tort, son utilisation, comme nous l'explique Maud Rotharmel dans cette session où elle échange sur le sujet avec le Pr Pierre-Michel Llorca.

Enquête nationale : légalisation du cannabis

L'Encéphale online vous propose de participer à une enquête visant à connaître l'opinion des psychiatres sur la légalisation du cannabis : répondez au questionnaire en ligne sans plus attendre !

Sexualités : participez au colloque international

Ce sont les usages de notre société qu’il y a à penser pour que puisse être appréhendé ce qui constitue le cœur des sexualités : voilà ce que les divers intervenants tenteront de démontrer au travers de présentations aux thèmes riches et variés.