Psychiatrie clinique, biologique et thérapeutique

Risque de maladie rénale chronique augmenté avec les antipsychotiques de 2e génération

Publié le mardi 25 août 2020

LONDRES, 14 août 2020 (APMnews) - Les antipsychotiques dits de 2e génération sont associés à un risque modérément augmenté de maladie rénale chronique, selon une étude publiée dans BMJ Open.

Les antipsychotiques sont utilisés pour le traitement à long terme de maladies psychiatriques, ce qui rend leur sécurité d'emploi particulièrement importante, rappellent Mikkel Højlund de l'université d'Odense (Danemark) et ses collègues. Les antipsychotiques de 2e génération sont déjà connus pour présenter des risques cardiométaboliques. Des études observationnelles ayant aussi suggéré un effet rénal, les chercheurs danois ont conduit une étude pour en savoir plus.

Ils ont utilisé les données d'une étude conduite sur l'ensemble de la population de l'ile de Funen (sur laquelle se trouve Odense), qui donne des informations détaillées sur les prescriptions, les résultats biologiques et les diagnostics de tous les habitants. Ils ont ainsi pu comparer sur une période de 15 ans 21 434 cas de personnes ayant développé une maladie rénale chronique (débit de filtration glomérulaire descendant en-dessous de 60 mL/min/1,73 m² et 85.576 personnes qui n'ont pas développé cette pathologie.

Les personnes qui prenaient un antipsychotique de 2e génération avaient un risque de maladie rénale chronique augmenté de 26%. Si on élargit l'étude aux personnes ayant pris par le passé ce type de médicaments, le risque est augmenté de façon similaire, de 24%.

Les chercheurs ont noté que même un traitement de courte durée (une ou deux prescriptions) augmentait le risque de 22%. Une utilisation à long terme (plus de 30 prescriptions) était toutefois associée à un risque un peu plus élevé, avec une augmentation de risque de 45%.

Les antipsychotiques de 2e génération ayant un risque métabolique faible augmentaient le risque rénal de 21% et ceux ayant un risque métabolique élevé augmentaient le risque rénal de 36%.

La clozapine était le médicament augmentant le plus, de 81%, le risque de maladie rénale chronique.

Seul l'aripiprazole n'était pas associé à un surrisque de maladie rénale chronique.

Les consommations de lithium ou d'anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) ne modifiaient pas les risques observés. L'hypertension et les antécédents d'atteinte rénale aiguë non plus. Il y avait une légère augmentation du risque quand les patients étaient aussi diabétiques, mais non statistiquement significative.

Les chercheurs estiment que compte tenu du surrisque qui reste modéré et du fait que même des traitements courts augmentent le risque, suggérant des biais résiduels non pris en compte, les antipsychotiques de 2e génération n'induisent probablement pas directement une maladie rénale chronique mais plutôt contribuent à la perturbation métabolique qui in fine conduit à une atteinte rénale chronique. Le lien avec le diabète, bien que non significatif, tend à valider cette hypothèse, estiment-ils.

En conclusion, les patients traités par antipsychotiques de 2e génération devraient bénéficier d'un suivi de la fonction rénale en routine, ajoutent-ils.

(BMJ Open, publication en ligne du 11 août)

Source :

APM news

Dépêche précédente

Une supplémentation en vitamine D de plusieurs années ne prévient pas le risque de dépression (essai randomisé)

Dépêche suivante

Certains antihypertenseurs pourraient avoir un effet protecteur contre la dépression

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire

Dernières actualités

Les équipes mobiles : avenir ou avatar de la psychiatrie ?

S'appuyant sur la polysémie du mot "avatar", constatez comment le terme peut s'appliquer aux équipes mobiles de la psychiatrie, avant de découvrir les spécificités, le périmètre, les innovations et l'efficacité de celles-ci.

Dissociation

Appréciez l'intervention du psychiatre et psychanalyste grec Vassilis Kapsambelis qui aborde le concept de dissociation en dissociant, précisément, ce qu'il appelle ses trois vies : la dissociation de Janet, la dissociation de Freud, et la dissociation de Bleuter.

L'autisme hors les murs

Le programme et les projets MACA, les équipes mobiles autour de l'autisme, telle que l'ESTRAAD, la téléconsultation ou encore l'intelligence artificielle semblent être des innovations prometteuses.

Le psychiatre dans le box de l'accusé

La responsabilité professionnelle des psychiatres se décline en trois champs, dont nos experts vont tenter de décrypter les nuances : responsabilité pénale, risque civil et justice ordinale.